Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

«Un club, c'est un groupe» : La Boule d'Or de Gaillac

«Un club, c'est un groupe» : La Boule d'Or de Gaillac

Quand Alain Caillol crée la Boule d'Or en 1985, son objectif est de rassembler un groupe de vrais compétiteurs, et de sortir la pétanque locale de son traintrain, en installant de nouveaux concours dans le calendrier départemental. Trente ans après, presque jour pour jour, l'objectif est dépassé, et l'état d'esprit demeure : jouer pour gagner des titres reste le credo de la Boule d'Or. Son palmarès plaide pour elle, surtout depuis que Jean-Pierre Buffel (toujours président) et Robert Baaziz, inamovible trésorier, ont ouvert une section «Elite» en 2006. «On voulait fédérer les meilleurs joueurs du département, voire de la région, car le potentiel est élevé». Ils ont réussi leur pari.

«Avec des hauts et des bas» convient J.P. Buffel. Il a fallu gérer les conjurations des ego. Mais la Boule d'Or n'a jamais dissocié la réussite individuelle des résultats collectifs. «Les joueurs le savant : un club, c'est un groupe. Nous qui décidons qui joue, quitte à se tromper, dans les compétitions collectives comme le Championnat de France ou la Coupe de France des clubs». Pour relater le palmarès depuis 2007, il faudrait un annuaire : 29 titres départementaux, Ligue ou nationaux entre 2007 et 2011. Derrière les ténors, les féminines grimpent : championnes du Tarn de 1e Division en 2013, de Ligue en 2014, elles entrent en championnat de France.

Masculin, féminin pluriel

Les garçons, quart de finaliste de la Coupe de France, ont participé au grand Huit d'Alès, avec les 8 meilleurs clubs du pays. En 1e division, la Boule d'Or décroche la 3e place nationale. Patrice Boissière, les frères Massoutier, Sonny Prud'homme, Mickaël Espade, Nicolas Lovatel, Charle Brun ont le talent mais partagent aussi les valeurs du groupe. Evoluer à ce niveau génère des charges notamment de transport, fréquent et lointain. «Nous avons un pannel de partenaires fidèles. Les aides de la Fédération, de la ville, et nos concours du lundi après-midi, qui accueillent jusqu'à 30 doublettes, nous apportent des ressources, mais le budget reste tendu», explique Robert Baaziz. La Boule d'Or sait qu'elle peut connaître des années de vaches maigres, mais elle campera sur son principe : un pour tous.

«Un club, c'est un groupe» : La Boule d'Or de Gaillac

A treize ans, ils ont sans doute l'avenir devant eux, mais la triplette a déjà moissonné pas mal de trophées. Le plus beau? Le titre de champion de France minimes 2014. En montant en minimes, les trois espoirs de la Boule d'Or confirment leurs qualités : ils sont déjà champions du Tarn et de Ligue en cadets. Chun Brun - fils de Charles - est un gaucher bombardier. «Il a un bras d'enfer» reconnaît Jean-Pierre Buffel. S'il peut encore progresser au point (il aime porter haut), il mène le jeu et s'avère un stratège avisé. Océane Lovatel, est aussi efficace et régulière que discrète : elle sait tout faire, notamment les carreaux qui font le break ou sauvent une mène mal engagée. «Océane a très bien géré son titre, elle reste modeste, elle apporte beaucoup à l'équipe». Son père Nicolas, qui coache l'équipe sait lui prodiguer les bons conseils. Matt Fayard, qui vient de Lavaur, s'est très bien intégré. Pointeur précis sur tous les terrains, il est un joueur complet, et surtout un gagneur. Le trio joue souvent, participe au maximum de concours, quelquefois même de tir. cette pratique régulière leur confère une résistance physique et nerveuse dans les compétitions importantes. S'ils savent garder leur simplicité, on devrait entendre parler d'eux dans les années à venir.

De tous les titres de la Boule d'Or, lequel est le plus beau?

J. P. Buffel : Le premier grand, celui de 2007, quand Alain Phalippot, Christian Lagarde et Stéphane Delforge gagnent le championnat de France à Dijon, dans la catégorie reine. En 2010, dans la triplette junior championne, il y avait Kevin Ghrifa, de notre société. Nous sommes aussi très fiers de nos minimes, champions d e France 2014, avec une fille dans la triplette, Océane Lovatel. Pour un dirigeant, tous les titres sont beaux

«Un club, c'est un groupe» : La Boule d'Or de Gaillac

Vous vous êtes engagés dès 2008 au premier championnat de France des clubs, et vous y êtes toujours.

C'est un championnat qui a du sens. Pour y être, il faut avoir été l'année précédente champion du Tarn et champion de Ligue. Depuis, on mise aussi sur l'équipe féminine, qui y entre, avec un beau groupe : Aurore et Harmonie Vaur, Sabine Graviou, Laura Iversenc, Mimi Fedrighi, Nadia Tabouche, Cathy Jalibert, Sarah Destaing, Audrey Lombardo, Maria Alcalde et Angélique Maragarit

La Boule d'Or est la meilleure équipe tarnaise?

Je ne dirai pas cela. Il y a de très bon clubs tarnais, notamment Saint Sulpice. La Boule d'Or est la seule équipe tarnaise en championnat de 1e division, mais ce n'est pas un droit. On n'est pas à l'abri d'une déconvenue. Il faut rester modeste et se remettre en question à chaque compétition.

Trois cadets trois fois titrés Jean-Pierre Buffel, président : «tous les titres sont beaux»

Actualités

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article