Fin du Mondial de pétanque : l'opposition unie contre le maire
Reverra-t-on des pétanqueurs dans le parc de la Victoire en 2016 ?/Photo DDM

Reverra-t-on des pétanqueurs dans le parc de la Victoire en 2016 ?/Photo DDM

La nouvelle est tombée en début de semaine : le Mondial de pétanque de Millau n'aura pas lieu l'année prochaine. L'association organisatrice Millau Pétanque Promotion (MPP) a décidé de mettre fin à cet événement majeur de la saison estivale. «Nous avons très mal vécu ce qui s'est passé cette année, notamment de la part de la police qui n'a pas hésité à verbaliser les véhicules des bénévoles. Nous avons été déçus par l'attitude des représentants des forces de l'ordre et du sous-préfet. Ce dernier nous a annoncé qu'en 2016, ce serait tolérance 0. Quant au maire, son discours, tout juste hallucinant lors de l'ouverture du Mondial, n'était pas du tout en phase avec la manifestation», expliquent les représentants de Millau Pétanque Promotion.

2,5 millions de retombées financières

C'est une nouvelle lourde de sens pour la ville. Plus grande manifestation de pétanque au niveau national, le Mondial est soutenu depuis des années par une équipe de 500 bénévoles très investis. Un impact humain auquel vient s'ajouter un manque à gagner retentissant. Les retombées économiques du Mondial pour Millau approcheraient les 2,5 millions d'euros, pour une subvention de 100 000 € octroyées par la ville. Le maire, Christophe Saint-Pierre, de son côté, dit «ne jamais avoir remis en question la compétition en tant que telle».

Lors d'une conférence de presse jeudi matin, le maire de Millau a souhaité «tendre la main aux organisateurs». Au cœur du problème, la gestion du stationnement en ville et l'accueil des gens du voyage. Des points sur lesquels l'association MPP n'a que peu de marge de manœuvre. «Ce qui se passe en dehors du parc de la Victoire est du ressort des services de l'État et de la municipalité», ont répété les organisateurs. Une nouvelle qui n'en finit pas de faire vivement réagir.

Union des opposants

Les oppositions municipales socialistes et divers droite se sont même rassemblées hier pour clamer leur indignation. Pour la première fois, Michel Durand, Claude Albert et Emmanuelle Gazelle sont apparus aux côtés de Philippe Ramondenc pour faire front ensemble.

«Une nouvelle dramatique pour la ville, qui montre une fois de plus l'incompétence du maire», a déclaré Philippe Ramondenc.

«C'est le fonctionnement de Christophe Saint-Pierre de rejeter la faute sur les autres, sur l'État, sur les associations. Sur le dossier de la Salavage, de l'école du Larzac, le retard de la médiathèque ou encore de la médiathèque, la municipalité ne prend jamais ses responsabilités», s'indigne Emmanuelle Gazelle. Michel Durand a voulu, lui, «apporter tout son soutien aux bénévoles et aux associations qui s'investissent depuis des années». à un an du Mondial, on peut encore croire que tout est possible, même si l'avenir de la manifestation paraît plus que jamais compromis.

Retour à l'accueil