Des fraudeurs au loto du comité des fêtes

Huit fraudeurs, bien équipés de tampons encreurs idoines, n'ont tout simplement pas réglé leurs cartons. Au final, ils n'ont rien gagné.

ORGANISATEURS BENEVOLES ... ATTENTION !!! Aux fraudeurs dans vos LOTOS !!!

Une grande première au sein des lotos de la région, la fraude aux cartons de loto. Une nouvelle technique pour rouler les associations organisatrices de ce type de jeu, très en vogue en période de crise. C’est à Combres, lors du dernier loto organisé par le comité des fêtes, que la méthode a été découverte.

Repérés

« À notre grande satisfaction, la salle des fêtes était comble. Malheureusement, nous avons dû gérer une table de huit fraudeurs, qui bien équipés de tampons encreurs idoines, n’ont tout simplement pas réglé leurs cartons. », informe Michel Brehm, le président, avant de poursuivre. « Grâce à l’expérience et à la diplomatie de nos organisateurs, nous avons pu leur faire savoir qu’ils étaient repérés. Les parties se sont déroulées sans encombre, et cette table est repartie bredouille, ce qui est justice finalement vis-à-vis des 142 autres participants. Nous avons pris les mesures nécessaires pour le futur mais il serait utile que les organisateurs des prochains lotos de la région soient informés ».

Un manque à gagner pour la petite association qui, comme le craint le président, peut engendrer le découragement des animateurs et des participants.

« La méthode : une famille, la mère, un couple et deux enfants de 10 et 12 ans, faisaient des allers et venues dans la salle des fêtes pour prendre des cartons, ressortir puis revenir s’installer directement à une table, sans passer par la caisse, explique-t-il.

Tampons personnalisés

A l’extérieur, dans une voiture, quelqu’un disposait d’un tampon dateur identique au nôtre et tamponnait tout bêtement les cartons. C’est pourquoi, à l’avenir, il conviendra d’utiliser des tampons beaucoup plus personnalisés, introuvables dans le commerce et des encres de couleur rouge, verte, jaune ou bleue. On en apprend tous les jours et il est certain qu’on ne peut plus faire confiance à personne, il faut donc mettre des bémols à notre bienveillance » conclue Michel Brehm.

Le Perche

Retour à l'accueil