Laurent Rougier espère continuer ce qu'il a entrepris depuis huit ans. /Photo DDM, La. L.

Laurent Rougier espère continuer ce qu'il a entrepris depuis huit ans. /Photo DDM, La. L.

Le 17 décembre, à Bressols, Laurent Rougier sollicitera pour la troisième fois la confiance pour rempiler à la tête du Comité départemental. La passion de la pétanque et les rapports humains ont prévalu.

Longtemps, très longtemps, il est resté indécis. Longtemps, le président sortant du Comité départemental de pétanque et de jeu provençal a laissé planer le doute. Hier soir, il a annoncé sa décision de briguer un nouveau mandat. Il s'en explique, comme toujours, sans langue de bois, avec une ligne d'horizon qui s'éloigne sans cesse tant les projets du garçon se bousculent dans sa tête.

Ça y est, la décision est enfin prise.

Tout à fait. Je ne me suis jamais caché que cela m'aurait fait mal d'arrêter. Mais quoi qu'en pensent les gens, tout était possible, dans un sens comme dans l'autre. J'avais des doutes sur ce que je voulais faire, sur mon projet, avec qui je souhaitais le mener... Ma décision a été prise jeudi soir, vers 21 h 30, une fois que j'ai parlé avec Emmanuelle, notre secrétaire administrative. Beaucoup de paramètres font que je repars. Mais la discussion que j'ai eue avec elle a définitivement fait pencher la balance.

Vous êtes libéré ?

On peut dire ça. Certains sont contents que je reparte ; d'autres diront que je les ai fait mariner en sachant ce que j'allais faire. C'est faux. Maintenant, la deuxième phase commence, à savoir peaufiner ma liste. Elle est quasi bouclée et il ne me manque désormais que le quota féminin. Autant avant, on se présentait individuellement, autant là c'est autre chose avec un scrutin de liste (lire l'encadré).

Le nouveau challenge de Laurent Rougier

Laurent ROUGIER avec l'ETR de MIDI-PYRÉNÉES

La passion l'a quand même emporté. N'aviez-vous pas peur du vide en ne prolongeant pas l'aventure ?

Peut-être un peu (sourire). Je suis quelqu'un de passionné qui a toujours besoin d'un but. En dehors de la pétanque et du milieu associatif, j'ai d'autres projets qui me tiennent à cœur. J'ai aussi envie de continuer à faire progresser la pétanque. J'aurais pu partir serein, fier de tout ce qu'on a fait, entre les compétitions et la réfection du boulodrome entre autres.

Le rôle de président est-il ingrat ?

Il n'est pas facile, il ne faut pas s'en cacher. J'ai essayé de faire avancer la discipline du mieux possible mais le milieu associatif évolue tellement vite qu'il faut sans cesse être sur le qui-vive. La façon de gérer les choses, et là je ne parle pas que de la pétanque, a changé. En ce qui me concerne, je me considère presque aujourd'hui comme un P.-D.G. d'entreprise. J'ai tous les inconvénients d'un chef d'entreprise mais sans les avantages (rire).

Si vous êtes reconduit à la tête du Comité, ce mandat sera-t-il le dernier ?

Aujourd'hui, on peut dire que oui. On dit également que j'ai des ambitions fédérales. À l'heure actuelle, je peux affirmer que non mais dans quatre ans ou huit ans, je ne sais pas ce qu'il se passera. Je ne vous cache pas également que prendre la présidence de la Fédération dans quelques années ne serait pas une chose impossible, si je suis toujours dans le milieu de la pétanque (sourire).

Quel est le projet que vous souhaitez présenter ?

Nous avons fait plein de choses ces dernières années. J'espère que nous avons fait bouger les lignes. Mais là encore, je souhaite aller plus loin. Depuis hier soir, J'ai déjà griffonné des trucs sur un papier (sourire). Il faut notamment que je fasse un bilan sur ma façon de diriger. Je ne peux plus diriger comme je le faisais. Je suis président du Comité départemental et je fonctionnais comme si j'étais un membre. Ramasser les planches lors du championnat de France, ce n'est pas le rôle d'un président de Comité départemental. J'ai toujours baigné dans le bénévolat, c'était logique de le faire sauf qu'on est arrivé à un stade où un président à un rôle à tenir auprès des élus, des partenaires... Cela ne veut pas dire que j'arrêterai de donner un coup de main mais il y a des choses à recadrer. Il y a ensuite de nombreux secteurs dans lesquels il faut apporter des améliorations. Le fonctionnement va évoluer, les organisations vont changer, on ne va pas travailler de la même façon... Il y a beaucoup de travail.

Le nouveau challenge de Laurent Rougier
Le nouveau challenge de Laurent Rougier

Laurent ROUGIER "Président de la Commission Jeunes à la FFPJP", a était très à l'écoute auprès des Bénévoles et des Educateurs lors de la dernière Assemblée Générale de l'Association EDUCNAUTE-INFOS

Quel bilan tirez-vous de toutes ces années de présidence ?

Je pense qu'il est bon puisque je suis toujours là (sourire). Je pense qu'on a fait des trucs sympas. On a organisé presque tous ce qui est possible ou imaginable, en pétanque ou en provençal, avec des championnats du monde, d'Europe, de France, le triplette d'il y a quelques jours, le Trophée des villes... On ne peut pas nous reprocher d'avoir mis en avant la pétanque dans le département. En 2017 il y a la grande ligue à mettre en place mais en 2018, 2019 et 2020 nous aurons d'autres championnats et compétitions dans le département. C'est essentiel. Nous travaillons pour la ville et le département. Pour les deux derniers championnats de France on a fait le calcul des retombées économiques qui se chiffrent à 2,5 M d'euros. Ce n'est pas négligeable. Pour la prochaine mandature il y a tout ça mais il y a également un gros projet que je n'ai pas encore pu mener à terme et qui me tient à cœur. Je ne peux rien dévoiler encore mais c'est aussi peut-être pour cela que je relance une candidature. Il sera annoncé lors du Congrès en décembre.

Avez-vous encore des détracteurs ?

Bien sûr qu'il y en a (sourire). Heureusement qu'on ne peut pas plaire à tout le monde. Bien sûr qu'il y a des ronchons partout. C'est toujours l'occasion de débats et c'est bien. Mais il est vrai que depuis huit ans, nous avons mis la barre très haute. Il ne faut pas s'arrêter là. Ne rien faire, c'est facile. Mais c'est aussi compliqué de s'investir en permanence du 1er janvier au 31 décembre. Il est aussi évident que je ne peux pas demander à certains d'avoir le même investissement que moi. La pétanque, ce n'est pas ma première vie mais pas loin. Je vis cette passion au détriment de ma vie personnelle. Je tiens au passage à remercier ma compagne. Heureusement qu'elle comprend cette passion car cela ferait longtemps que je serais célibataire (rire).

Le prochain rendez-vous du avant le Congrès ?

Le «Trophée des villes» à Valence-d'Agen le week-end de la Toussaint. Un autre grand moment en perspective.


Le nouveau challenge de Laurent Rougier
Le nouveau challenge de Laurent Rougier

Entre le Joueur et les Réceptions, la panoplie de Laurent ROUGIER est large, même très large et très appréciée !!!

Une autre liste en face ?

Les nouveaux statuts du Comité départemental imposent désormais un scrutin de liste pour les élections. «J'ai toujours estimé que pour que le Comité départemental fonctionne le mieux possible c'est comme cela qu'il fallait faire» explique Laurent Rougier. Et si pour l'instant une liste est officielle, le président sortant compte bien avoir des adversaires en face de lui : «Il y en a qui attendaient de connaître ma décision pour se positionner. J'ai entendu dire que certains ne se lanceraient pas si je repartais, estimant qu'ils n'auraient aucune chance. Franchement, j'espère qu'il y aura une liste en face car cela fait partie de la démocratie. Dans ce cas, il y aura projet contre projet et au moins les présidents de club pourront choisir. Comme ça, dans quatre ans, on pourra me dire que je n'ai pas fait telle ou telle chose que j'avais présentée dans mon projet».

Précisons que le dépôt des listes devra se faire avant le jeudi 17 novembre, à minuit, soit un mois avant la date du Congrès départemental qui aura lieu à Bressols.

Le nouveau challenge de Laurent Rougier

Laurent ROUGIER lors de la dernière Assemblée Générale de l'Association EDUCNAUTE-INFOS a démontré qu'il était un homme de dialogue et de terrain

Actualités

EDUCNAUTE-INFOS

Retour à l'accueil