Quand un éducateur écrit le roman d'un champion

«Quand je me suis retrouvé sur une chaise roulante, je me suis dit qu'il fallait que je continue le voyage autrement», se souvient Jean-Luc Ricard, «j'avais toujours eu envie d'écrire alors je me suis lancé», raconte cet ancien responsable de formation à la SNCF, âgé de 57 ans et retraité aujourd'hui à nouveau très actif.

Son roman, «Le Verso de la médaille» (*), a agi un peu comme une thérapie. L'ancien formateur de cheminots, passionné de sport, a retrouvé l'usage de son corps et entraîne les jeunes boulistes du club de Bruguières. Sur tous les terrains du sud de la France où le club participe aux compétitions de Nationale 4.

«C'est un roman un peu autobiographique», reconnaît ce Toulousain aux racines aveyronnaises (du côté de Sainte-Affrique) qui réside à Castelginest. «C'est l'histoire d'un jeune, un peu dilettante, qui découvre à l'école, lors d'une initiation, une discipline dont il ne connaissait même pas l'existence. Il devient champion et joue la finale du tir sportif aux Jeux olympiques de Paris en 2024».

Pure science-fiction, direz-vous, le jeu de boules n'étant pas (encore) olympique, même s'il est bien question d'une exhibition (avec la pétanque et la rafle) lors de prochains JO, tandis que la capitale est encore en pleine compétition pour obtenir l'organisation des jeux.

L'écrivain peut tout se permettre, c'est sans doute ce qui a plu à Jean-Luc Ricard qui brosse, avec chaleur et de nombreux dialogues, l'itinéraire d'un apprenti champion qui découvre aussi l'amitié, l'amour et la vie, bien sûr. Il en profite pour faire découvrir un milieu souvent méconnu, un peu fermé, celui des boules. Après un an de travail et 249 pages («au départ, j'en avais écrit le double, j'ai dû couper beaucoup», avoue l'auteur), Jean-Luc s'avoue content quand on lui dit : «Mais ça existe ce sport ?» et lorsqu'il vend un de ses ouvrages (il en a déjà vendu 500 exemplaires).

Lui qui a joué au foot, enfant, parce que ses parents lui interdisaient le rugby, qui trouve certaines similitudes entre le golf et les boules, se souvient avoir découvert les joies du «carreau» avec son grand-père, à l'âge de six ans dans un petit village du sud Aveyron, «avec des boules bien trop grosses pour mes petites mains». Pris par le virus de l'écriture, il a déjà quelques pages d'un nouveau roman en tête. Peut-être pas avec le sport comme cadre, cette fois-ci. Allez, Jean-Luc !

Le Verso de la médaille- Ed. Maïa- Sentiers inexplorés http ://editions-maia.net/catalogue/sentiers-inexplores/

Source La Dépêche du Midi

EDUCNAUTE-INFOS

Retour à l'accueil