Claude Azéma a tombé la veste et s’est prêté au jeu d’une petite partie improvisée, ce samedi, pour l’inauguration de l’Espace pétanque de Moulins.? © photo séverine trémodeux

Claude Azéma a tombé la veste et s’est prêté au jeu d’une petite partie improvisée, ce samedi, pour l’inauguration de l’Espace pétanque de Moulins.? © photo séverine trémodeux

La pétanque veut se pointer aux JO de 2024. Un travail de longue haleine, mené par Claude Azéma, président de la Fédération internationale, présent à Moulins, samedi, pour inaugurer le boulodrome de la ville.

Son été, Claude Azéma l'a passé en partie à Rio. Non pas à lézarder sur les plages de Copacabana mais à serrer des mains et à rencontrer d'un site à l'autre les présidents de Fédération et les membres influents du CIO (Comité international olympique).

Des sports universels, propres et pas chers

Entre deux avions, le président de la Fédération Internationale de Pétanque et Jeu Provençal, mais aussi président de la Confédération Mondiale des Sports de Boules (CMSB), a fait une halte à Moulins, ce samedi, pour inaugurer le nouveau boulodrome couvert de la ville, l'occasion de faire le point sur l'avancement du dossier JO.

Quel était le but de votre passage à Rio cet été ? J'étais invité en tant que président de la CMSB pour la session du CIO. J'ai suivi les débats pendant quatre jours. J'étais également au club France et j'ai fait le tour des compétitions. L'intérêt était de côtoyer et de rencontrer des personnalités des différentes fédérations et du CIO. Et donc de plaider pour la candidature des sports de boules pour les Jeux de 2024.

Quels sont vos arguments pour que les sports de boules entrent aux Jeux ? Ils répondent à tous les critères. D'abord l'universalité, puisque les sports de boules sont pratiqués dans 162 pays au total. Et puis, ce sont des sports très propres. Il n'y a pas de problème de dopage ou d'argent. Et enfin, ils coûtent très peu cher en équipement et en termes d'organisation.

 

Avez-vous le sentiment d'avoir été entendu ? On a énormément progressé ces derniers mois. On attend actuellement la réponse des Jeux d'Asie pour voir si on intègre leur programme en 2018. Ce serait un très gros coup et un tremplin pour les jeux Olympiques. Je suis raisonnablement optimiste.

Justement, concernant les JO, où en est le dossier ? On aura la réponse pour les Jeux de 2024 l'an prochain, en même temps que la désignation de la ville hôte. On a deux possibilités pour entrer au programme. Soit comme un sport officiel, et il faut qu'une autre discipline sorte du programme. Soit comme sport additionnel, choisi par la ville qui organise les JO. Si Paris est désigné ce serait forcément une bonne nouvelle pour nous, si c'est Los Angeles, ce sera plus compliqué mais pas forcément perdu.

Concrètement, si les sports de boules font leur entrée aux Jeux, comment cela va-t-il se traduire ? On souhaite proposer des compétitions mixtes. Pour la pétanque, ce serait des doublettes mixtes et du tir de précision hommes et femmes. En jeu lyonnais, il y aurait aussi une épreuve de tir progressif en relais mixtes. Et on travaille aussi sur l'épreuve de raffa.

L'espace d'une journée, ce samedi matin, Moulins a rassemblé tous les principaux décideurs de la pétanque locale, régionale, française, européenne et même internationale. Le boulodrome couvert de la ville, et ses seize jeux, a, en effet, été inauguré par Claude Azéma, mais aussi par le président de la Fédération française Alain Cantarutti, et le vice-président de la Confédération européenne Joseph Cantarelli. Rien que ça. Tous avaient répondu favorablement à l'invitation du président de la Pétanque moulinoise Jean-Claude Pégand.

Kevin Lastique

La Montagne

EDUCNAUTE-INFOS

Retour à l'accueil