Trophée des villes: Cahors décroche le "GRAAL" ... TOUTES LES REVUES DE PRESSE

Un dernier point qui ne passe pas, un regard et une joie immense. Pour la première fois de son histoire Cahors remporte le trophée des villes, épreuve par équipes la plus importante de l'hexagone. Pendant trois jours, trois longues journées, les Cadurciens n'ont pas tremblé jusqu'à soulever le magnifique trophée promis aux vainqueurs. Ce trophée, ils sont allés le chercher et ce n'est finalement que justice que ce soient eux qui montent sur la plus haute marche du podium. En quatre rencontres Sébastien Da Cunha, Christian Lagarde, Simon Cortes et Valentin Boris n'ont laissé que des miettes à leurs adversaires. Il n'y a qu'en quart de finale où Pau aura grappillé une doublette sinon ce sera le parcours sans faute. Pourtant, face aux Lyonnais de Christophe Sarrio, Michel Loy, Kévin Malbec et Tyson Molinas, ils ne partaient pas favoris. Mais il était écrit que ce 16e Trophée des villes était interdit aux favoris. Cahors a su déjouer tous les pièges pour s'imposer dans une finale inédite ; une finale où seuls trois joueurs avaient déjà eu la joie de remporter un trophée des villes (Michel Loy et Kévin Malbec côté Lyon en 2005 et Vincent Cortes coté Cahors, en 2011). Au bout de trois jours marathon, c'est finalement une équipe qui ne faisait pas partie des favorites qui décrochent le pompon. Hier, sous une halle Jean-Baylet une nouvelle fois pleine à craquer, Lyon a essayé de faire de la figuration, comme les autres… en triplette. Car lors des doublettes ils n'ont pas existé puisque Christian Lagarde associé à Vincent Cortes et le duo Sébastien Da Cuhna-Boris Valentin ont pulvérisé leurs adversaires 13-1 et 13-2.

Les Lyonnais avaient encore un espoir lors de la triplette. D'ailleurs ce sont eux qui vont faire la meilleure entame en menant 7 à 0. Christian Lagarde (exceptionnel lors de sa doublette mais moins en réussite) laisse alors sa place à Valentin Boris. L'effet joue à plein puisque les Lotois se refont petit à petit la cerise dans une rencontre qui atteint des sommets en termes de jeu et d'intensité, chaque équipe se répondant à chaque point et à chaque tir. Dans ces conditions il faut des nerfs d'acier et les Cadurciens ont de sacrés nerfs. Petit à petit, point par point, ils font leur retard face à des Lyonnais qui commencent à se demander ce qu'ils peuvent faire. À force de reculer, ils finissent par tomber ; les Cadurciens terminent en trombe pour finalement s'imposer 13 à 8 au terme d'un retournement de situation dont seule la pétanque peut nous en réserver. Une fin en apothéose pour trois jours de fête somptueusement mis en scène par la Communauté des communes des deux rives, la municipalité de Valence d'Agen et la société Quaterback.

Laurent Lasserre

LES REVUES DE PRESSE

EDUCNAUTE-INFOS

Retour à l'accueil