La fondation  François-Xavier Mora, basée à Monaco, œuvre à la recherche contre la maladie. L’entité a déjà plusieurs axes de travail, notamment la prévention de la pathologie

Certains travaillent à Monaco. D'autres depuis la Suisse. D'autres encore sont basés en Israël. Tous œuvrent à la recherche contre le cancer. Ils ont un autre point commun: ces scientifiques sont reliés par la Fondation François-Xavier Mora*.

L'entité porte le nom de l'ancien président-directeur général de la société d'exploitation des eaux minérales d'Orezza, décédé en 2010. Son épouse et sa fille, Marie-Laurence et Frédérique Mora sont présidentes de la fondation.

Basée à Monaco, la structure veut "améliorer la prévention, le soin et l'accompagnement dans le cadre des maladies du cancer".

Une pathologie "toujours aussi dramatique, toujours aussi cruelle", lâche le docteur Jean-Joseph Pastor. Le cardiologue à la retraite, qui a suivi le prince Rainier III pendant des années, fait partie du conseil d'administration de la fondation.

"Mise en commun des connaissances"

L'entité a plusieurs axes de travail.

À Monaco, des scientifiques travaillent sur la prédiction "des réponses au traitement, pour éviter les traitements inutiles et attaquer avec les traitements les plus favorables à la rémission",explique le professeur Patrick Rampal, chef du Service Hépato-Gastro-Entérologie du Centre Hospitalier Princesse-Grace, président du conseil d'administration du Centre scientifique de Monaco et lui aussi membre du conseil d'administration de la fondation.

En Suisse, des chercheurs s'intéressent à la vaccination.

Ces scientifiques d'Europe, d'Amérique du Nord ou d'Israël vont être mis en relation viala fondation, explique Frédérique Mora. Dont l'un des objectifs sera, aussi, la "mise en commun de toutes les connaissances sur le cancer".

D'autres pistes sont explorées. Les recherches dans le domaine des bienfaits de la mer, par exemple.

La fondation insiste aussi sur l'accompagnement comme la psychologie du patient, des soignants, de l'entourage.

S'inscrire dans la durée

"L'atout stratégique de la fondation Mora est d'avoir une prise en charge intégrée au niveau du cancer,reprend le professeur Patrick Rampal.Elle s'intéresse aux malades, aux soignants, aux chercheurs".

La structure vient rejoindre un tissu scientifique dense, en Principauté. Et tourné vers la recherche.

Avec, en tête, un objectif : s'inscrire dans la durée. C'est l'une des raisons qui explique pourquoi l'entité prend la forme d'une fondation. Une manière d'insister sur l'aspect pérenne de la démarche.

*Dont l'autorisation de fonctionner a été publiée au Journal de Monaco du 6 février 2015.

Interview Frédérique Mora, Rémy Galleau avec Robin Rio, et Christian Califano

 EDUCNAUTE-INFOS 

Retour à l'accueil