Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ils sont les invités de la GRANDE FINALE du Chalenge EDUCNAUTE JEUNES 2017 à ROSAS

 

Trois invités de marque seront présents à la 5ème GRANDE FINALE du Challenge EDUCNAUTE JEUNES à ROSAS !!!

Mireille NOËL, représentera la Fédération Française de Pétanque et de Jeu Provençal. Pour souvenir Mireille était déjà présent à MONTAUBAN, lors de la GRANDE FINALE 2014. Elle avait accompagné des Jeunes du CD 14, qui s'étaient brillamment qualifiés.

Jésus TORTAJADA PEREZ, représentera la Fédération Espagnole de Pétanque, qui est le pays hôte de cette GRANDE FINALE. Par la même occasion EDUCNAUTE-INFOS a invité 3 Jeunes Espagnols: 2 cadets Oscar ZAMORANO, et Carlos REVUELTA, le Junior Ivan FALCON. Tous les 3 seront accompagnés d'un membre de la DTN Espagnole, Fernando GARCIA.

Valentin BORIS, sera le parrain de cette GRANDE FINALE. Il se prêtera à faire des photos avec les Jeunes qualifiés avec son tout nouveau maillot de Champion d'Europe. Valentin n'ayant jamais eu l'occasion de participer à ce Challenge a manifester d'être très honoré d'avoir été choisi comme parrain de cette épreuve. 

Nous aurons aussi la présence de Bernard PASCAL "Membre de la DTN Française", qui a été tout nouvellement élu, membre du Conseil d'Administration de l'Association EDUCNAUTE-INFOS, et il fera partie des 24 coachs sélectionnés.

Ensuite, Hervé ROTFRICH, qui est le descendant du plus vieux constructeur de boule, "LA BOULE BLEUE". Il contribuera aussi à la dotation de cette GRANDE FINALE.

Pour finir, nous avons "gardé le meilleur pour la fin", Jean-Pierre FENIELLO, qui sans sa large participation, cette GRANDE FINALE, n'aurait pas eu lieu à ROSAS.

 Mireille NOËL 

 

Mireille Noël se voue corps et âme à ce sport depuis plus de 35 ans. Titrée à de nombreuses reprises, elle se bat pour faire connaître et reconnaître la discipline.

Portrait

1966. Naissance à Caen, le 22 octobre.

2002. Présidente du comité départemental du Calvados de pétanque.

2017. Membre du comité directeur de la Fédération française de pétanque et de jeu provençal.

« J'avais 14 ans. On était en vacances en famille. On a commencé à jouer à la pétanque avec mes deux frères et mon père. Quand on est rentré à Caen, on s'est dit, pourquoi pas ? On s'est inscrit au club du Viking athlétique caennais. » Voilà maintenant plus de 35 ans que Mireille Noëlle, 50 ans, ne quitte plus ses boules, soigneusement rangées dans le coffre de sa voiture.

25 titres

Mieux. En plus de trois décennies de pratique, celle qui est aussi conseillère municipale de la Ville de Caen, déléguée du quartier de La Grâce-de-Dieu, a connu une ascension fulgurante dans la discipline : « Un vrai sport de compétition », insiste-t-elle. On passera rapidement sur ses 25 titres de championne du Calvados ou de l'ex-Basse-Normandie qui lui ont permis de participer à 25 reprises aux championnats de France. « En 1997, j'ai été demi-finaliste en doublette mixte à Nîmes. Avec le club de l'USO Mondeville, au sein duquel j'ai été trésorière et secrétaire, on s'est hissé deux fois en finale de la coupe de France des clubs », se contente-t-elle de résumer.

Une discipline trop souvent dénigrée

Aujourd'hui, et depuis des années déjà, Mireille Noël se voue corps et âme à la pétanque, pas tant pour enfiler les titres comme des perles mais plutôt pour faire connaître, reconnaître et contribuer au développement d'une discipline parfois dénigrée. « Je n'ai rien contre la pétanque loisir, bien au contraire, reprend la Caennaise. Mais je me bats au quotidien pour que les gens arrêtent de croire que la pétanque est synonyme d'alcool. Certes, la présence d'alcool est parfois un problème dans cette discipline. »

Mais peu de ses détracteurs savent que la Fédération française de pétanque « a instauré des contrôles d'alcoolémie dans certains concours. Il y a même des contrôles antidopage. » Car, oui, même dans ce sport, certains sont tentés de tricher pour atteindre des sommets « en prenant des bêtabloquants pour ne pas être confrontés au stress en compétition ».

Le sommet de sa carrière dans la pétanque, Mireille Noël l'a peut-être connu le 14 janvier. Lors du congrès de la Fédération française de pétanque et de jeu provençal (300 000 licenciés) organisé à Caen, elle a été élue au comité directeur. « À l'issue du vote, je suis arrivée à la quatrième place, première féminine (sur 38 candidats) », lâche-t-elle fièrement, comme pour damer le pion à ses homologues masculins.

Une élection qu'elle doit à sa connaissance du milieu. À un milieu qui la connaît bien aussi. Mais aussi et surtout à sa simplicité. « Ce que j'aime dans la pétanque, c'est la convivialité, la rencontre entre personnes issues de différents milieux socioprofessionnels, la possibilité pour un joueur de boules d'être confronté à des stars de la discipline », explique la présidente du comité départemental du Calvados, organisateur du National de pétanque à Caen chaque année et de trois championnats de France en 2005, 2009 et 2013. Avec un tel CV, l'élection de Mireille Noël était largement méritée.

 Jésus PEREZ TORTAJADA 

 

Entretien avec Jesús Pérez Tortajada, 06.03.2017

Nous avons créé nos interviews sur le blog avec une discussion longtemps attendue. Nous nous sommes assis à côté du nouveau trésorier de la Fédération espagnole de Petanzas et directeur de la Fédération catalane de pétanque, Jesús Pérez Tortajada.
 
QUESTION: Aujourd'hui, nous avons la chance de discuter avec le nouveau trésorier de la FEP, le nouveau directeur de la Fédération catalane de pétanque et le président du Petanca Club El Prat, M. Jesús Pérez Tortajada. Bonsoir et merci d'avoir accepté notre invitation, Jésus.
RÉPONSE: Bonsoir. La présidence du club je partirai cette année. Nous sommes en pleine célébration du 50e anniversaire, mais José Antonio Martín Alonso et Juan A ntonio García à assumer la direction sportive.
Q: Il y a quelques mois, il y a eu un nouveau défi, le trésor de la FEP ...
A: Oui, c'est vrai, avec l'aide de Francisco López de Madrid et aussi le conseiller financier.
Q: Comment ce trésor a-t-il été trouvé et quels buts à court et à long terme marquez-vous en tant que trésorier du FEP?
R: La trésorerie de la Fédération Espagnole est exemplaire, les objectifs à court terme sont d'adapter les budgets aux nouveaux temps, aux nouveaux championnats, aux nouveaux temps et aux revenus à long terme. Il travaille sur des sponsors et crée des mécanismes pour augmenter le nombre de fédérés.
Q: Une Fédération est soutenue par les quotas des clubs, joueurs, arbitres, techniciens et par les subventions. Si nous voulons grandir ... devrions-nous parier sur la création de ressources externes qui ont à voir avec le marketing?
R: Évidemment, nos propres ressources doivent être augmentées et nous travaillons déjà sur ce sujet, bientôt nous transmettrons les informations des nouveaux sponsors.
Q: Commençons au début Jésus ... quand la pétanque entre-t-elle dans votre vie?
R: En 1990 à El Barrio, on m'a dit de participer à une mêlée et nous avons réussi à gagner la consolation. De là, je me rends compte que j'ai à Petanca je dois me concentrer tellement que j'isole tout ce qui est externe, je vois un tel nombre de variables que je suis accroché. Mon premier jeu de pétanque m'engage tellement que je réalise les possibilités qui se présentent dans ce sport. L'année suivante, je me suis présenté aux élections du club et je les ai remportées. C'est le Club Petanca Catalunya Prat. Je commence à organiser des championnats nationaux et internationaux et en 1993 je faisais partie du conseil d'administration du Club Petanca Prat, qui joue en cinquième catégorie.
Q: Nous parlons d'il y a 25 ans ... qu'est-ce qui a le «pouvoir» qui crée une certaine dépendance?
R: Plus que le pouvoir, l'esprit d'amélioration.
Q: Et qu'est-ce qu'il doit brancher?
R: Nous avons tellement de possibilités d'amélioration que l'objectif est si loin que cela demande beaucoup d'efforts. Les défis sont constamment générés.
Q: Parlons du Petanque Club El Prat ... depuis combien d'années êtes-vous président?
A: En deux étapes sur 20 ans. Maintenant, je suis depuis 2002, 15 ans.
 
Q: Quelle est la réalisation de votre étape en tant que président de CP El Prat et quelle déception ne vous sort pas de la tête?
R: Comme un accomplissement, gardez l'équipe dans la catégorie la plus élevée et comme une déception, ne gagnez aucun championnat d'Espagne senior.
Q: En tant que président du CP Prat, observez les performances de la Fédération catalane de pétanque. Quand proposez-vous de soumettre un projet alternatif et pourquoi?
R: Rencontre avec le président de Sant Boi, Francisco Auzmendi et Nuria Escriche ainsi que Cristina Soler, nous avons décidé de donner un nouvel air à la pétanque catalane.
Q: Qu'est - ce qui vous fait penser que vous avez besoin de cet air neuf?
R: Nous observons ce qui se passe à l'étranger et nous voulons les approcher.
Q: Et vous rencontrez différentes personnes. Quelles personnes forment cette équipe?
R: Beaucoup de personnes sont incorporées: Jaime Gil, Jonathan Ferrari, Josele, Javier Ortiz, José Luis, etc ...
Q: Avec l'intention de préparer une candidature sincère et sincère. Si vous regardez en arrière, comment décririez-vous ces moments?
R: C'était incroyable, l'enthousiasme avec lequel nous travaillons, nous passons beaucoup de temps à diffuser notre programme à travers des réunions de masse. Je garde de beaux souvenirs.
Q: Si je devais quantifier les heures investies, quel nombre nous diriez-vous?
R: Il est difficile à quantifier, mais plus de 400 heures.
Q: Avez-vous ressenti l'enthousiasme des joueurs pour ce projet, pour cette candidature, pour le changement?
A: Surtout les joueurs, l'illusion était terrible.
Q: Eh bien, les heures de travail, les réunions ... et le jour du scrutin arrive en 2009. Quels souvenirs avez-vous?
A: Ce jour-là beaucoup de nerfs et beaucoup d'excitation pour gagner. Une surprise comme voir Roberto Olmo dans l'équipe adverse, mais surtout beaucoup d'enthousiasme à changer.
Q: Comment diriez-vous que le jour du scrutin s'est déroulé?
R: Il y avait un peu de tout, pense que nous avons eu 113 votes pour 125, quelque chose d'inattendu pour eux.
Q: Définir ... "il y avait un peu de tout" ...
R: Beaucoup de nerfs, certaines irrégularités que d'autres qui ont été détaillées dans la ressource qui a été présentée et pour cette raison les élections ont été répétées.
Q: Parlons de ces irrégularités. Grosso modo ... qu'étaient-ils?
R: Je devrais relire ma revendication, mais ils étaient légalistes. Elle pense que mon avocat connaissait très bien les lois du sport.
Q: Selon certaines personnes qui étaient là ce jour-là, il y avait certains empêchements à se lever pour voter selon les présidents de club. Qu'est-ce qui est vrai?
R: Up a laissé tout le monde, mais certains ne pouvaient pas voter pour des problèmes dans la documentation qu'ils présentaient.
Q: Eh bien, l'appel est déposé pour certaines irrégularités. Quel sentiment aviez-vous dans votre candidature?
R: C'était très difficile de gagner, atteindre tous les présidents était très difficile. Nous avions réussi à exciter les joueurs, mais nous n'avons pas atteint les présidents des petits clubs, nous n'avons pas bien travaillé ce segment.
Q: Si je devais répartir les responsabilités de ne pas avoir gagné ces élections, comment le ferais-je?
R: La responsabilité était entièrement la mienne.
Q: Il est temps de répéter ces élections. Comment vous sentez-vous par rapport à votre équipe?
R: Les esprits faibles, nous avons tous pensé seulement à gagner.
Q: Le résultat arrive et gagne à nouveau la candidature continuiste. Qui est la première personne à qui vous parlez après une déception?
A: Avec Cristina Soler.
Q: Et comment était cette conversation?
R: C'était une conversation triste où la tromperie était manifeste. Vous vous souvenez de tout ce que vous auriez dû faire, etc ...
Q: J'imagine que vous recevez des appels de beaucoup de gens. Un spécial?
R: Eh bien, un très spécial, celui de Josep Maldonado, une personne formidable et un grand politicien.
Q: Pour ceux qui ne le connaissent pas, Josep Maldonado était le secrétaire de l'Esport de Catalunya et une personne étroitement liée à Esport Solidari et donc au Solidari de pétanque qu'ils organisent depuis des années.
R: Oui, à l'époque, il était sénateur et responsable national de la convergence et des sports de l'Union.
P: Jésus, ces premières semaines passent. Avez-vous l'intention de continuer dans la bataille?
R: Non, l'usure était énorme physiquement et mentalement. ainsi qu'une perte économique importante.
P: Les années passent et les élections approchent la Fédération espagnole de pétanque.
R: Comme vous le savez, Cristina Soler est une collègue, elle me dit qu'Hortensia Hermida ne va pas présenter, mais mon intention est de quitter le club alors que nous célébrons le 50e anniversaire et que le club est au sommet. Je suis fatigué et l'illusion est petite, mais je reçois un appel de José Orlando qui parle du projet avec Antonio Pérez Arcas, Alberto Balbas, etc. A ce moment l'illusion apparaît.
Q: Et vous êtes convaincu de présenter votre candidature en tant que membre de l'Assemblée ...
A: C'est vrai, je joue dans des clubs d'élite.
Q: Vous avez toujours commenté que tant que Mme Hermida présenterait sa candidature à la présidence, vous ne seriez jamais son alternative. Qu'est-ce qui vous pousse à une candidature comme celle de M. Arcas, Orlando et Balbas, qui étaient déjà une alternative à Hortensia lors des dernières élections?
R: Eh bien, c'est très clair, ce sont ceux qui me demandent d'être avec eux et aussi ceux qui ont le plus d'options pour améliorer ce qui existe.
Q: A cette époque, on disait que vous étiez le candidat à la présidence de cette candidature. Qu'est-ce qui est vrai?
R: Nous ne l'avons jamais soulevé.
Q: Que vous dit Orlando pour le convaincre de le rejoindre après avoir été un rival en 2009?
R: Présentez-moi simplement un nouveau projet.
Q: Mais j'imagine qu'on n'adhère à aucun "nouveau projet" ...
R: Je répète, une nouvelle étape où vous pouvez améliorer ce qui existe.
Q: Eh bien, passons au substantiel, quoi et comment devrions-nous nous améliorer?
R: Tout d'abord, avec une bonne équipe avec une prise de décision exécutive qui peut moderniser les bols espagnols. Bref, un bon nombre de personnes travaillant dans différents domaines et avec de nouvelles illusions.
Q: Quand l'alliance avec Orlando va-t-elle forger pour les élections de la fédération catalane de cette année?
R: Ce n'est pas une alliance, c'est un travail en commun, nous travaillons ensemble en espagnol et aussi en catalan.
Q: Existe - t-il un pacte ou un accord par lequel, à un moment donné, Orlando cédera la place à la présidence de la Fédération catalane?
R: Ce n'est pas une alliance ou un accord, mais s'il y a cette volonté et ainsi il a été dit lors de la dernière assemblée.
Q: Il est vrai que vous voir avec Orlando sur le même plateau a fait sensation parmi la société petanquiste de Catalogne. Comprends-tu?
R: Oui, bien sûr, c'était une rivalité très active, mais six années se sont écoulées et, à ce moment-là, nous approchons des positions.
Q: Que diriez-vous aux personnes qui ont travaillé avec vous et avez-vous ressenti un coup de poignard quand vous les avez vus sur cette liste?
R: Ce que j'ai déjà dit publiquement, c'est qu'ils attendent et qu'ils continuent à avoir confiance en moi.
Q: Il y aura des lecteurs qui ne comprendront pas que vous présentez au FCP car il dit que le président ne le faisait pas bien et qu'il y avait beaucoup de choses à améliorer ... et quelques années plus tard il rejoint pour améliorer la pétanque à la même personne il a dit qu'il le faisait mal. Pourriez-vous nous l'expliquer?
R: Je pense que vous l'avez expliqué vous-même, prenons le meilleur de chacun.
Q: Sur l'émission de radio La Tripleta, M. Jose Orlando Díaz a interrogé certains de ses collaborateurs sur la candidature de 2009. Avez-vous quelque chose à dire à ce sujet?
R: Oui, je ne suis pas d'accord et, comme je l'ai dit publiquement, vous n'avez pas à avoir la même opinion que moi.
Q: Nous connaissons certaines des propositions de Roberto Olmo dans la candidature qui n'a finalement pas prospéré. Nous avons peu entendu les propositions de M. Orlando ... que pouvez-vous nous dire?
R: L'un des objectifs les plus importants est d'avoir des installations définitives avec un pavillon couvert. Amener la pétanque dans les écoles et renforcer les jeunes et les sous-catégories 23.
Q: Je propose un jeu que nous avons pratiqué régulièrement dans nos interviews. Je lui donne un nom et il me donne son opinion à ce sujet. Pensez-vous?
A: J'accepte le défi.
P: Antonio Pérez Arcas.
R: Un bon ami et un grand homme d'affaires qui sait comment rejoindre des équipes.
P: Roberto Olmo.
A: Une personne avec de bonnes idées.
P: José Orlando Díaz.
A: Intelligent et un travailleur infatigable.
P: Hortensia Hermida.
R: Caractère, intelligence, travail pour prendre la fédération où elle est.
P: José Luis Delgado "Josele".
R: Un professionnel qui peut contribuer grandement à l'amélioration de ce sport.
P: Jaume Gil.
R: Si nous parlons de capacité de travail et d'amitié, il est l'un des premiers sur la liste.
P: Ana Sastre.
R: C'est la personne que je connais le moins, mais elle a un haut degré d'humanité, ce sont de bonnes personnes.
P: Javier Ortiz.
R: Beaucoup d'idées, beaucoup de désir, beaucoup de préparation, beaucoup de temps à lui parler.
P: Cristina Soler.
A: Ami de ses amis, excellent travailleur, grand sportif, fidèle à ses principes et je l'aime beaucoup.
P: Jesús Pérez Tortajada.
A: Ici vous devez répondre à la réponse.
Q: Si vous pouviez demander 3 souhaits de pétanque ... que demanderiez-vous?
A: Que la pétanque était olympique, nous avons triplé les licences et, bien sûr, que nous étions champions du monde dans toutes les catégories.
Q: Et au niveau de la Catalogne?
R: Que nous ayons des installations définitives, que nous triplions les licences et que nous y allions tous.
Q: Dans quelques jours vous voyagez avec l'équipe féminine à Tours, quels sentiments personnels avez-vous?
R: Beaucoup de responsabilités pour apprendre et bien faire l'équipe.
Q: Un tournoi de prestige ... serons-nous capables d'avoir de tels tournois en Espagne?
A: Je l'espère.
Q: Jésus, nous avons un producteur de télévision qui diffuse nos tournois, une station de radio avec un programme hebdomadaire ... Ce genre d'initiatives sera-t-il renforcé?
R: Évidemment, pour améliorer, nous devons améliorer notre image.
Q: Comment les retransmissions seront-elles améliorées?
A: Investir plus de ressources.
Q: Ressources qui devront être générées au préalable. Je ne sais pas si vous pouvez avancer le statut de certaines négociations ...
R: Je préfère qu'ils soient fermés.
Q: Mais s'il est vrai que vous négociez avec une marque de vêtements de sport et avec la Ligue de football professionnel ...
Un: Oui.
Q: Jésus, nous vous souhaitons bonne chance et merci de votre temps pour cette interview.
Un: Merci d'avoir contribué à la diffusion de ce sport.
 

 Valentin BORIS 

 

Valentin est, avec son père, un EDUCNAUTIEN de la 1ère heure. L'an passé à MARSEILLAN, il avait gagné le Grand Prix des Éducateurs et des Bénévoles, et surtout le TROPHÉES DES VILLES. Dimanche, il a ajouté une corde supplémentaire à son arc...

TOUS les EDUCNAUTIENS, félicitent Valentin pour ce joli parcours ...

Les championnats d'Europe triplette espoirs masculin se sont déroulés du 21 au 24 septembre à Saint Pierre les Elbeuf.

Les jeunes Français, qui ont réalisé un parcours quasi parfait, ont remporté le titre européen.

En effet, dans la première phase, les tricolores ont dominé la Finlande, les Pays-Bas, la Belgique et la Suède. Seul un petit accroc a été enregistré lors du troisième match de cette phase avec la défaite contre la Suisse sur le plus serré des scores, 13 à 12.

Lors de la deuxième phase, deux nouvelles victoires face à la Turquie et la Finlande.

La belle aventure se poursuivait lors des quarts de finale avec une victoire 13 à 3 face aux Pays-Bas.

En demi-finale, les Français s'imposaient face à la sélection Belge sur le score de 13 à 5.

La finale jouée contre l'Allemagne a été assez équilibrée dans son entame. Par la suite les Français ont creusé l'écart pour s'imposer dans cet ultime match sur le score de 13 à 7 remportant ainsi le titre européen.

 A LIRE AUSSI ... 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article