Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Editorial du Président de FFPJP

Editorial du Président
cantarutti

Nous avons passé notre été dans les grands rendez-vous boulistes traditionnels et les championnats de France. Nous allons continuer en ce mois de Septembre. Ce 9ème mois de l’année est synonyme de rentrée en tous domaines mais aussi pour la F.F.P.J.P. de dernière ligne droite en vue de la réception des Championnats du Monde à Marseille.

A y réfléchir, les grands désastres ou les grands triomphes trouvent leur source dans une même expression « oui, pourquoi pas ». Entrevue, téléphone, rencontre, question : « Marseille et la pétanque ne méritent-elles pas un championnat du Monde ? » J’en rêvais, réponse « Oui, pourquoi pas ». Dans la seconde, si j’avais mesuré le danger dans cette proposition mirobolante, j’aurai trouvé 2000 raisons de dire « non, parce que »ou «je ne le sens pas » ou « ça va être difficile, on va se planter ». Un peu comme si j’avais voulu prendre un verre entre un lion bleu et une girafe à pois rouges sur ma terrasse. Puis, j’ai et nous avons laissé là nos autosuggestions angoissées pour passer côté positivité. Je dis «nous »  car les appuis régionaux, départementaux et locaux arrivèrent tels les « Joyeux Compagnons » quoique…  de la forêt de Sherwood en soutien de Robin des Bois. Le brigand au grand cœur prenait aux riches pour donner aux pauvres dit la légende, quoique…

Un petit Championnat du Monde pour que les « défavorisés » tentent de s’enrichir de médiatisation, de notoriété, de renommée, de considération sportive et d’arc-en-ciel, « eh oui,  pourquoi pas ».

Donc, après moult associations, conventions, dossiers, réunions, discours, échanges passionnés, palabres, contacts, décisions, interventions, subventions, comptes, nuits blanches, maux de tête, tests, appels, rappels, courriels, courriers, actions, nous voici dans la dernière ligne droite, là où tout se joue, interminable dernière phase. Le temps passe et nous aimerions connaître le résultat comme des enfants qui espèrent le Père Noël.

L’expression « oui, pourquoi pas » s’était déjà appliquée aux Championnats de France jeunes pour en faire un vrai parcours sportif où la réussite par procuration des adultes laissait la place au jeu et à l’animation pour un seul vainqueur, le jeune licencié. Maintenant une volonté s’avance vers moi, labelliser nos écoles de pétanque « oui, pourquoi pas »…

Un conseil toutefois, si vous voulez bien dormir ou passer vos journées tranquilles et si un de vos amis bricoleurs vous dit « veux-tu faire un tour à bord de mon ULM au-dessus des 40èmes rugissants ou ‘’quek’part’’ ailleurs» dites plutôt que « oui, pourquoi pas », « non merci » cela peut vous sauver la vie.

Alain Cantarutti
Président de la FFPJP

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article