Efficacité de certains  contrôles.

Il y a quelques années j’assistais en tant que spectateur à un beau concours de pétanque, un de ces concours que nous qualifierions de régional actuellement. Il se déroulait dans une petite ville du sud-ouest et le beau temps étant de la partie, il rassemblait plus de 120 triplettes. Outre les ténors venus de loin, et les nombreux locaux ou presque, il y avait aussi une grande famille composée en majorité de cousins. 

santonsLe concours se déroulait sans encombres, ceux qui avait du talent gagnaient, ceux qui en avaient moins s’essayaient an repêchage ou augmentait le flot des spectateurs. Les commentaires allaient bon train et particulièrement autour d’une partie qui voyait s’opposer deux équipes de « gros »sur un terrain particulièrement difficile, car plus hasardeux que technique, tant les cailloux traîtres étaient présents. Le score était serré et il y avait du beau jeu dans l’air ; cependant la première équipe dominait au tir, avec une efficacité et une force de frappe spectaculaire, alors que le pointeur et le milieu avaient tendance « escamper » des boules et à mal tomber assez régulièrement : leur boules sautaient quelquefois comme de cabris et allaient un peu où elles voulaient, malgré le talent apparent des joueurs.

Dans l’autre équipe par contre si le tireur était bon,  le pointeur était un vrai phénomène, non seulement ses boule ne fusaient jamais, mais semblaient être  anesthésiées dès qu’elles touchaient le sol, car elles s’immobilisaient aussitôt.                Au niveau du point, la partie était inégale, trop, et tellement, que les spectateurs ne se privaient pas de dire (entre eux) que ces boules étaient farcies. A l’arbitre qui regardait certains demandèrent pourquoi il n’y avait pas de contrôle avec le rail. L’arbitre s’éloigna et disparut. Un quart d’heure plus tard, les hauts parleurs annoncèrent qu’il allait être procédé à des contrôles de boules pendant les parties, et effectivement un contrôle eut lieu. Six papis, septuagénaires, en repêchage,  qui faisaient vraisemblablement le premier concours de la saison , avec des boules quadrillées et quelque peu rouillées durent mettre tout leur matériel dans un seau et suivre l’arbitre jusqu’au podium pour passer les boules au rail. Cala n’émut pas plus que de nature le joueur qui avait manifestement des boules truquées, puisqu’il continua sa partie comme si rien ne c’était passé.                                                                                Commentaire « les gros ne risquent pas grand-chose, qui oserait les contrôler sciemment, par contre les couillons ? »       A l’arbitre qui passait un autre spectateur dit : « vous n’avez pas honte, contrôler des vieux qui ne savent pas jouer et laisser les autres tricher impunément ? Aucun risque de vous mouiller!»

Réponse de l’arbitre: « les équipes contrôlées sont prises au hasard, c’est aux adversaires de le demander ».

« Quel courage ! » ajouta un autre spectateur.

Moralité : vive les contrôles uniquement au hasard, même quand la triche est évidente .

 

images.jpgBernard Bonnes.

(un papi joueur de boules ) 

Retour à l'accueil