Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jean-Louis Viard, arbitre national, est l'un des 24 arbitres du "Pool National"

Jean-Louis Viard, arbitre du pool national de pétanque licencié à Milliane./Photo DDM L.P.

Jean-Louis Viard, arbitre du pool national de pétanque licencié à Milliane./Photo DDM L.P.

Jean-Louis Viard ne s’en laisse pas conter en matière d’arbitrage à la pétanque . A tel point d’ailleurs que son savoir-faire lui a valu de devenir arbitre national.

Pour Jean-Louis Viard, les boules, c’est une affaire qui roule… . Licencié à Milliane pétanque, cet Appaméen est devenu arbitre du pool national. Le top du top, car ils ne sont que 24 en France à ce niveau. Autant dire qu’on est là dans l’excellence de la pétanque. Et si ce sport populaire, ancré dans les traditions, peut se jouer entre amis et pour le plaisir, il nécessite, en concours, une réglementation bien précise coordonnée par un arbitre. Déjà qu’en loisir on frôle parfois l’incident diplomatique sur le terrain, imaginez alors en compétition ! Arbitre, c’est donc un rôle important pour la bonne tenue des parties.

Un rôle dans lequel Jean-Louis Viard est aujourd’hui comme un poisson dans l’eau. «Croyez-moi, avant tout, c’est la passion de cette discipline immortalisée au cinéma par Pagnol, Fernandel, Raimu et les autres, qui m’a amené à revêtir le maillot d’arbitre. Originaire de la région parisienne, j’ai toujours fréquenté les boulodromes, avec mon père, à l’époque. Je me suis pris rapidement au jeu, avant de franchir le pas, à mon arrivée en Ariège, en 1999, pour vivre ma passion à fond, mais cette fois dans le rôle d’arbitre», explique Jean-Louis.

Ce prof de maths dans la vie, à l’esprit carré sur le terrain, a réussi à franchir les différents paliers pour endosser le maillot d’arbitre départemental, régional, avant la consécration au sommet en étant arbitre national. Et cet enseignant ne peut s’empêcher d’observer «qu’être arbitre de pétanque, c’est avoir un esprit pédagogique, l’autorité dans un domaine où il pourrait y avoir des litiges tout d’abord. Gestion du stress et de l’application des règles sont au menu des parties.»

39 concours arbitrés dans l'hexagone

En 2013, Jean-Louis a arbitré 39 concours dans l’hexagone, avec, notamment, le mondial de Millau devant 3 000 spectateurs, mais aussi des concours nationaux à Béziers, Beaucaire et Vauvert. «Selon l’importance des concours - dit-il - les joueurs ne sont pas faciles à gérer. Comme dans certains sports, nous disposons de trois cartons, jaune, orange et rouge, à sortir de sa poche en cas de conflit. J’avoue qu’il est plutôt rare d’avertir sévèrement un bouliste. La pétanque évolue et les boules, à bon niveau, sont une affaire de semi-pros avec des rencontres qui durent plusieurs heures, ressemblent davantage à une partie d’échec où il s’agit, tactiquement, de remporter la mise où les enjeux, conséquents, claquent souvent à la clé».

La Dépêche du Midi

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article