Sur le gril. Le Jeu provençal.

Thierry Lacroux, un ardent défenseur de la bonne cause provençaliste./Photo DDM, Didier Pouydebat.

Thierry Lacroux, un ardent défenseur de la bonne cause provençaliste.

/Photo DDM, Didier Pouydebat.  

Idéalement positionné à l'interface entre l'encadrement (et ce en tant que membre élu du comité départemental et le corps des pratiquants - comment ne pas repenser aux deux titres régionaux conquis la même année aux côtés d'Eric Montigny et Gérard Victor !), Thierry Lacroux est l'interlocuteur tout désigné pour évoquer la session castanéenne en triplette de ce week-end.

Où se situe aujourd'hui le jeu provençal sur l'échiquier départemental ?

Si l'on considère le fait que quatre-vingt-sept équipes sont inscrites contre soixante-quatre l'an passé, on peut parler d'un repositionnement plutôt avantageux. Mais attention à l'arbre qui cache la forêt ! Bien souvent, c'est la perspective de participer à un championnat de France qui suscite la convoitise, des jeunes notamment. La culture du jeu provençal dans la longue durée, c'est autre chose, et le relatif anonymat dans lequel se déroulent certaines épreuves est tout simplement affligeant.

À quoi attribuez -vous cette désaffection ?

À la longueur des parties même si je suis pour ma part défavorable au recours au chronomètre car l'antijeu ne fait pas partie de l'esprit ambiant. D'autre part, il y a un surcroît d'endurance physique par rapport à la pétanque. Un jet du but trop matinal peut s'avérer répulsif pour les jeunes. Pourtant, nombre d'entre eux s'y mettent comme ceux de Revel, (Antoine Goutard, Lucas Michel, et Gauthier Mirc)

 CLIC ICI Le Jeu Provençal séduit les jeunes 

le bon exemple à suivre. Idem pour les féminines. Il faut aussi évoquer le problème des surfaces de jeu, trop sélectives dans notre département.

Est-il vrai que le noyau dur des provençalistes exclusifs est encore très minoritaire ?

Oui ! Organisez deux compétitions concurrentes, et vous verrez que celle de pétanque sera le premier choix de la majorité.

Quid de l'arbitrage, dossier réputé très sensible ?

Il est de qualité en Haute-Garonne, avec une nette prépondérance de la pédagogie aux dépens de la remontrance et de la sanction. Une bonne chose !

Un mot sur les hautes sphères de l'encadrement ?

Nous sommes tous très sensibles aux efforts effectués, aux initiatives prises par Michel Le Bot. Élaborer un calendrier crédible et qui tient compte des contraintes liées aux terrains, ce n'est pas rien.

Le jeu provençal peut-il voler de ses propres ailes ?

Absolument pas. Pensez simplement au coût occasionné par une deuxième licence !

Recueilli par Philippe Alary

Retour à l'accueil