cantarelli

 

1.    Vous avez été réélu au Comité Directeur de la FFPJP et désigné Vice-Président Délégué de la FFPJP. Quel est votre état d’esprit aux prémices de ce nouveau mandat ?

Le mandat écoulé a été synonyme de volontarisme et de productivité. Beaucoup de choses ont été accomplies, certes avec plus ou moins de réussite, mais je reste globalement satisfait du travail collégialement mené dans le souci constant de l’intérêt général.

J’aborde ce mandat plus passionné et motivé que jamais. Toutefois, je reste humble et déterminé devant l’ampleur de la tâche qui m’incombe.

Ce nouveau mandat ne doit pas s’inscrire simplement dans la continuité d’actions, sauf bien sûr pour l’amélioration constante de l’existant. Mais il doit être axé sur l’innovation et la création. Notre objectif est de toujours coller à la demande du terrain et à la réalité socio-économique. Le monde change, la société évolue et nous ne pouvons nous développer qu’en nous y adaptant.

2.    Quels sont les projets de ce nouveau mandat qui vous tiennent particulièrement à cœur ?

En premier lieu, je soutiens toutes les actions que nous allons mener en direction des jeunes notamment celles qui concernent les Ecoles de Pétanque et la Pétanque à l’Ecole. Le renouvellement de nos effectifs est maintenant impératif !

En second lieu, je souhaite que nous puissions travailler sur un projet de développement de la pratique de nos deux disciplines, pétanque et jeu provençal, dans un climat sain et sportif qui ne peut s’atteindre que par le « respect des règles et d’autrui » et la « joie et le plaisir de jouer ».

3.    Vous êtes Vice-Président en charge du Pôle Sportif. Quelles sont vos principales attributions ?

Le pôle sportif est immense et représente une charge de travail et d’implication phénoménales. En somme, nos principales missions se concentrent autour de trois points :

-       le suivi et la gestion des équipes de France en collaboration étroite avec la Direction Technique Nationale,

-       la participation à l’élaboration et à l’orientation de la politique sportive, au moyen de l’instauration d’un mode de fonctionnement le plus simple possible, par priorités clairement identifiées et réalisables selon nos moyens financiers.

-       la gestion de la Commission Sportive dont le rôle est de chapeauter et de coordonner les travaux de nombreuses commissions ou groupes de travail du pôle sportif (CNC, Coupe de France, Championnats de France, Jeu Provençal, Féminines, Concours Nationaux, Saison Sportive, Handisport, Corporatif, Jeunes Ecoles de Pétanque / Pétanque à l’Ecole) ainsi que les avancées des commissions indépendantes et transversales (équipements sportifs, uniformisation des règlements des compétitions) ou encore le groupe de travail temporaire de Réflexion sur la Licence.

Comme je le mentionnais précédemment la tâche à accomplir s’avère colossale. Nous voudrions tous tout faire, tout de suite avec application et réussite pour satisfaire tout le monde. La réalité nous oblige à fixer les priorités dans l’ordre du mandat. C’est ce que nous nous attachons à faire. Ainsi nous allons présenter nos propositions de développement lors de la réunion de la Commission Sportive du 19 avril 2013, propositions qui seront soumises au Comité Directeur des 20 et 21 avril 2013.

Pour accomplir une telle activité, l’implication du plus grand nombre est essentielle. Je sais pouvoir compter sur le travail collégial de mes collègues du Comité Directeur, sur celui des responsables des différentes commissions et groupes ainsi que sur nos amis Présidents de Ligues investis dans ces différents groupes.

4.    Quels seront les principaux axes de développement de ce pôle ?

Comme vous avez pu le constater l’ampleur de la tâche est importante. Nous nous sommes ainsi fixés des priorités en ce début de mandat :

- la reconnaissance et la labellisation des Ecoles de Pétanque,

- l’instauration de nouveaux Championnats de France comme le Tête-à-Tête Féminin et pourquoi pas le Tir de Précision,

- la refonte du calendrier des Championnats de France et l’étude à mener sur la saison sportive,

-  le reformatage de la « catégorisation »,

-  l’instauration de Championnats de France Triplette à 256 et Promotion à 128 équipes,

- l’amélioration constante des compétitions par équipes de clubs comme la Coupe de France et le CNC,

 la poursuite des améliorations à apporter aux Concours Nationaux en concertation avec les organisateurs. Le Président Cantarutti souhaite organiser le 1er Forum des Organisateurs de Nationaux,

- la promotion et la pratique du jeu provençal.

5.    Vous êtes responsable du Championnat des Clubs, pouvez-vous nous en dire plus sur ce championnat ? Quelles sont vos attentes pour l’édition 2013 ?

Le Championnat des Clubs se déroule par divisions et groupes dans le Département (CDC) puis en Ligue (CRC) et enfin au niveau national (CNC) selon le principe des montées/descentes chaque fin de saison.

Le Championnat National a démarré dès la 1ère année du dernier mandat c’est-à-dire en 2009 avec une seule division nationale qui comptait les 20 clubs. La configuration finale, en place aujourd’hui, se compose de 112 équipes réparties en 3 divisions.

-       CNC1 : 16 équipes en 2 groupes de 8

-       CNC2 : 32 équipes en 4 groupes de 8

-       CNC3 : 64 équipes en 8 groupes de 8

La grande finale du CNC se joue avec les 1ers de chaque groupe de chaque division qui jouent le titre de « Champion de France des Clubs » dans leur division respective.

Le dernier recensement a révélé une participation phénoménale de plus de 5 000 équipes. C’est une réelle performance.

Cette compétition se joue en équipe de clubs (6 joueurs + 2 remplaçants sur la feuille de match). Une rencontre oppose un club contre un autre en disputant les 3 phases de jeu suivantes : tête-à-tête, doublettes et triplettes. Chaque confrontation rapporte un nombre de points déterminés, en fonction du barème de points établi.

Depuis 2012, le CNC a été élargi aux féminines. La 1ère édition du CNC Féminin a vu la participation des 8 équipes de Ligues qui avaient instauré leur championnat régional. Ce rassemblement s’est fait sur la Grande Finale CNC de mi-novembre à Saint-Pierre-lès-Elbeuf (76).

Nous sommes très heureux de pouvoir proposer en 2013 le 1er rassemblement « CNC jeunes » sur la Grande Finale CNC mi-novembre 2013 avec 10 équipes (5 pour chacune des 2 catégories).

Le CNC se développe et prend attache dans le paysage bouliste. Pour magnifier cette compétition, je souhaite :

-       préserver le magnifique esprit sportif instauré,

-       étendre le CNC FEMININ et le CNC JEUNES,

-       instaurer une communication rapide et permanente,

-       valoriser cette compétition.

6.    Le mois de mars a été synonyme de Finale de la Coupe de France des Clubs. Quel est votre ressenti sur cette édition 2012/2013 ?

Avec 2577 équipes alignées au départ, la participation et donc le succès de la Coupe ne se dément pas. Le niveau des équipes en lice est impressionnant. Sans chauvinisme « aucun », je suis ravi de la victoire de la Ronde Pétanque de Metz, club de mon département d’origine, sur ses terres, puisque l’organisateur était justement le club local présidé par mon ami Serge SALA. Tout le monde sera d’accord pour dire que les « Messins » étaient les plus forts.

Nous pouvons regretter les 4 terrains annexes peu utilisables et ne permettant pas d’accès au public ce qui a rallongé le temps de jeu des joueurs et donc provoqué du retard dans la compétition. L’impact de cette compétition auprès du public a été conséquent ! Tous les partenaires de cette manifestation sont ici remerciés.

7.    Ces deux compétitions se disputent par équipes de club. Pourquoi la FFPJP développe-t-elle ces compétitions ?

Le symbole d’une Fédération est la « pyramide » avec à sa base les clubs, puis en montant les étages successifs on passe par les Comités Départementaux, les Ligues et le Comité Directeur Fédéral. Tout le monde comprend aisément qu’une pyramide tient debout par la solidité de sa base !

Fort de ce constat et en réponse à une forte demande du terrain en interne et aussi externe (autres disciplines sportives, ensemble du monde sportif, des médias et des collectivités locales et territoriales) que cette compétition a été instaurée.

L’objectif était de promouvoir l’esprit club et sa représentation au plus haut niveau.

Le charme de la Coupe de France réside dans le fait qu’elle permet la participation volontaire de tous les clubs du plus « petit » au plus « grand ». De quoi favoriser quelques exploits, n’est-ce-pas ?

Sur le même principe de participation volontaire le CNC permet aux joueurs et aux clubs de pratiquer régulièrement et d’évoluer à leurs niveaux et donc de progresser.

J’ai plaisir à relever que ces compétitions par équipes de clubs permettent de mettre bon nombre de joueurs de talent « trop souvent méconnus » sous le feu des projecteurs.

Cet engouement pour la formule par équipes de clubs pose déjà et va poser des problèmes de coûts à nos clubs dont nous sommes bien conscients. C’est pour ça que nous leur apportons une indemnité fédérale et que nous avons instauré la liste des clubs de haut niveau sur base de ces 2 compétitions avec les 16 clubs de la CNC1 et les 8 clubs finalistes de la Coupe de France. Cette reconnaissance peut, suivant les régions, leur apporter des aides supplémentaires.

8.    Enfin, quel message souhaiteriez-vous transmettre aux lecteurs de cette newsletter, tous passionnés de pétanque ?

Un message de confiance en l’amélioration qu’il nous faut instaurer ensemble pour l’avenir de nos sports que sont la pétanque et le jeu provençal. J’ai dit ensemble parce que la Fédération c’est bien toutes ses composantes et donc toutes les bonnes volontés et acteurs de notre structure pyramidale (dirigeants de clubs, de Départements, de Ligues, nos arbitres et éducateurs). Nous ne sommes que leurs élus au Comité Directeur FFPJP. C’est bien nous tous qui faisons « la pétanque et le jeu provençal d’aujourd’hui » et préparons celle de « demain »….avec nous joueuses et joueurs bien sûr.

Retour à l'accueil