Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'ARNAQUE !!! (1er Episode)

L’arnaque (En 3 épisodes)

Toute ressemblance avec des personnages des faits ou des situations existants ou ayant existé, ne serait de fait que pure coïncidence, et le résultat d’un hasard, même si, dans le monde de la pétanque, ce qui se passe ici ressemble fort à ce qui se passe là-bas.

football-565x250.jpg Dans toutes les grandes villes il y a, bien sûr de nombreux lieux publics où les joueurs de boules se retrouvent pour  partager leur passion, tuer le temps, bavarder, discuter, commenter, critiquer ceux qui jouent  ou refaire le monde. Mais si la majorité des joueurs, des plus jeunes aux papis, ne jouent que pour le plaisir de faire de bonnes parties et passer un après-midi agréable,  il y a aussi ceux qui ont besoin d’intéresser les parties pour être sûr qu’elle sera sérieuse et que personne ne « jettera les boules ». Alors ils vont jouer en faisant de sorte que la partie soit intéressée: 1€, 2, 3, 5, 10, 20 € et plus. Mais quand on arrive à des sommes qui sont plus rondelettes et qui représentent  un ou plusieurs jours de salaire, l’objectif, n’est plus seulement de se faire plaisir en gagnant la partie et d’avoir un ascendant psychologique sur l’adversaire, le gain devient le principal désir de victoire. Petit à petit, certains rentrent dans le système « jeu d’argent » qui, avec le temps va se transformer. Tout comme certains fumeurs qui en fument  trois ou quatre par jour, vont pour de multiples raison finir à un paquet et plus, nombre de  ces joueurs vont passer à l’étape supérieure et jouer gros.

Si on joue gros, mis à part ceux qui gagnent très facilement  beaucoup d’argent , propre ou sale, pour les autres, perdre va constituer une perte financière conséquente, voire, irréversible. Nombreuses sont les histoires de celui-ci qui a perdu le chargement du camion qu’il avait joué, de celui-là qui s’est retrouvé ruiné en perdant son magasin aux boules, ou de ce troisième qui ayant de grosses dettes de jeux a déménagé en espérant que ses créanciers ne le retrouvent pas, sans parler de ceux qui ont laissé pendant des années leur famille désargentée car ils passaient plus de temps aux boules qu’au travail, jusqu’à ce que madame ne les quitte.dfff9292.gif

Si quelques uns ont un  talent certain et pas d’argent, d’autres ont de l’argent et peu de talent, et lorsque ces derniers, veulent, soit se faire plaisir, soit sont atteints du syndrome de suffisance (sentiment de satisfaction de soi et de supériorité sur les autres), l’argent va circuler et toujours ou presque dans le même sens. En physique on appelle cela le principe des vases communicants.   

Tout est bon pour plumer des pigeons : parties avec handicap de boules, de distance ou de points, boules farcies, un joue normalement et son adversaire avec le pied, ne mettons pas de limite à l’imagination et à l’intelligence des filous.   

 Cela se passait en Ile de France, il y déjà longtemps; les euros n’existaient pas, et pour ceux qui n’ont pas connu les francs, je parlerai en monnaie actuelle. Les sommes jouées sont réactualisées, comme si elles se jouaient  aujourd’hui. Sur un grand espace bordant le périphérique parisien des dizains de joueurs avaient l’habitude de se retrouver quotidiennement. La plupart des parties étaient intéressées , et suivant la somme qui était en jeu, les joueurs étaient répartis sur des zones différentes de cet espace ; les « vieux » et les petits qui jouaient un ou deux euros se trouvaient sur la partie plane et  sablée de ce grand terrain , ceux qui jouaient gros le faisaient à la lisière du bois pour pouvoir, le cas échéant, jeter le but dans le sous-bois beaucoup plus technique.              

Cette fin de vendredi après-midi de juin était radieuse, pas un seul nuage et un soleil encore généreux. Un groupe de spectateurs était agglutiné autour d’une partie où il se jouait gros, quatre cents euros à quitte ou double, puisque c’était la revanche. 

Un papi quitta les spectateurs et se dirigea vers un autre groupe de joueurs qui jouaient moins, dans les vingt euros la partie, ce qui n’était quand même pas peu. Il demanda si quelqu’un voulait jouer,  et en moins de temps qu’il faut pour le dire, il trouva un client pour en faire une, en   tête à tête  bien sûr, pour éviter qu’on ne lui fasse une « parisienne ». Dans ce type de partie quand la somme était rondelette, il fallait toujours sortir l’argent avant de jouer  et le donner à un tiers qui le rétrocédait au gagnant. De ce fait, il n’y avait jamais de dette, ni de mauvais payeur .L’habitué des terrains appela un troisième, sortit vingt euros de son portefeuille, et les lui remit. Il invita le papi à faire de même. En effet on pouvait douter qu’il puisse payer; il était vêtu d’une chemise vert olive dont les boutons des deux poches au niveau de la poitrine avaient du mal à les maintenir fermées tant elles  semblaient contenir des papiers; il portait un pantalon kaki du type charpentier avec sur les côtés, deux grosses poches à soufflet gonflées comme des outres, deux chaussures de sécurité marron, passablement usées complétaient le tableau ; il faut ajouter qu’il ne s’était pas rasé depuis   quatre ou cinq jours et que sa tignasse poivre et sel n’avantageait pas son visage buriné par le soleil.

 

Puisqu’il fallait payer, il s’exécuta maladroitement. Tout d’abord, il tâta la poche gauche de son pantalon, puis, se ravisant il ouvrit la poche droite et en sortit une énorme liasse de billets de cent euros...

«Vous avez l'eau à la bouche ... La suite demain ...»

 

Bernard BONNES

(Membre de l'Association EDUCNAUTE-INFOS)

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

thierry 19/12/2014 09:36

j'ai connu ces fameuses parties sur Vincennes , le Bois de Boulogne ou le Champ du Mars du temps ou j'étais sur Paris dans les années 85 à 90 , certains y ont laissé plus que des plumes, affaire à
suivre !!!