Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

« L'Indispensable et la Petite Main »

Microsoft-Excel-utilisation-non-commerciale---Classeur1-010.jpg

Vous les avez certainement croisé...

* L'un "l'indispensable" qui se vente a qui veut l'entendre, qui parle toujours à la première personne, celui qui recherche une élévation sociale auprès d'une association.

* Et le second "la Petite main", qui ne dis jamais rien si ce n'est que «OUI» !!! Il dit «OUI» pour  arriver le premier pour installer, il dit «OUI», pour plier, ranger, nettoyer, et partir le dernier après la manifestation ... Il dit «OUI», pour rester des heures à la buvette, devant le barbecue sans dire mot ...ETC... Alors j'ai écris une parodie en me servant de la blague de Fernand Raynaud «Le douanier»    

 

«L'Indispensable, et la Petite main»

Je suis un indispensable moi, je décide, et je contrôle tout.

Je n’aime pas les « Petites Mains », ils ne pensent jamais... ouais... !

C'est curieux : je suis une personne importante, je suis « élu », et puis je n’aime pas les « Petites Mains »... Hein ?

Quand je vois une « Petite Main »,  qui arrive, puis qui ne pense jamais, je dis : "ça c'est Mon TRAVAIL !"

Puisque je suis un indispensable, et puis il ne pense jamais, donc c'est MON TRAVAIL à moi.

Je n’aime pas les « Petites Mains », parce que moi je suis indispensable et je suis fier d'être indispensable

Moi, je suis une personne importante dans l’association... et, je suis « élu » dans le bureau...

C'est pour vous dire si je suis indispensable !

Je n’aime pas les « Petites Mains », ils ne pensent jamais…

Dans notre association, on a un « moins que rien », alors, quand on le voit à l’association, on dit : « Tiens, ça, là, ça - c'est la Petite Main ».

On le montre du doigt, comme un objet... On n'a pas de respect.

Quand on a du respect pour un qui ne pense pas, on ne dit pas : « ça », là, non. On dirait : « Ce monsieur »...

Je n’aime pas les « Petites Mains », ils ne pensent jamais...

Quand sa femme passe, la tête basse, avec ses bras chargés qui baissent la tête; on dit :

« Ça, ça là, c'est des moins que rien; ils ne pensent jamais. »

L'autre dimanche, dans mon association, - c'était le concours - je suis allé me montrer au boulodrome du village.

Il y a l  « Petite Main » qui a voulu me parler. Moi, j'avais autre chose à faire, pensez, parler avec un moins que rien!

Je devais contrôler les moins que rien ... Je décide, je contrôle. Je suis un indispensable.

Enfin, du haut de ma grandeur, étant « élu du bureau », j'ai daigné l'écouter, ce bon a rien ( il est moins que rien, forcément)...

Il m'a dit, euh :

« Ne pensez-vous pas qu'à notre époque (2014), c'est un peu ridicule de traiter certaines personnes de « moins que rien », nous sommes tous égaux.

Voilà ce que j'avais sur le cœur, je voulais vous dire ça, Monsieur l’élu, vous qui êtes dans le bureau et que vous êtes très important, vous qui avez le droit à toutes les décisions... Nous sommes tous égaux. On peut vous le prouver :

quand « une petite main » œuvre  bénévolement, que ce soit au Toulouse, à Paris, à Lille, à Marseille, à Brest, à Strasbourg,  il s'y prend de la même manière : nous sommes tous égaux. »

Pauvre andouille va ! Venir me déranger pour dire des inepties pareilles !!!

Il a poursuivi... Ils sont tellement bêtes, ces « Petites Mains », ils ne pensent jamais, ...

Il m'a dit... euh ... :

« Est-ce que vous connaissez un Président où un élu qui travaille d'avantage ou moins qu'un autre Président, qu'un élu ou une petite main ? »

Là, j'ai rien compris à ce qu'il a voulu dire... J'en ai conclu, qu'il était bête...

En effet, lorsque quelqu'un s'exprime et que l’on ne comprend pas ce qu'il dit, c'est qu'il est bête !

Et moi je ne peux pas être bête, .... Je suis un indispensable ... :

« Vas-t-en, moins que rien ! »

Il m'a répondu: « J'en ai ras-le-bol, moi. Votre orgueil, Votre Fierté. et Votre arrogance, Je m'en vais. »

Il a pris sa femme, son tablier, il a rendu les clés, ils ont été loin dans un village lointain, dans une autre association...

Et, depuis ce jour-là, dans notre association, eh bien, il n'y a plus de buvette, et plus de sandwichs, et il ne rentre plus d’argent dans la trésorerie !

 

Il tenait la buvette et le barbecue !!! ....

 

 

Alain JUILLA (Un bénévole parmi les bénévoles)

 

 

EDUCNAUTE-INFOS

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article