Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

OBJECTIVITÉ ET ILLUSION

Trop-fort

Tout n'est que de la poudre aux yeux... La réalité est autre !!!

        Cette publication porte sur la perception que chacun d' entre nous a de ses capacités. C'est un sujet qui risque de froisser plus d'un "égo".

En effet, dans une majorité de cas, les pratiquants ont une vision faussée de leurs aptitudes. Le joueur se bâtit une image de lui même, qui est bien souvent éloignée de la réalité. Il se prête à loisir des qualités qu'il ne possède pas et ce regard biaisé sur ses aptitudes est un facteur de gêne pour sa progression.

Un grand nombre de pratiquants évaluent leurs aptitudes au regard du jeu qu'ils développent à l’entrainement. Ils se fourvoient ainsi complètement sur leurs possibilités réelles de jeu en compétition. Je crois que pour faire preuve d'une relative objectivité, la règle de base est de s'intéresser plus au nombre de ses "cagades", qu'à celui de ses coups réussis. Comme me le rappelait un ami qui se reconnaitra à la lecture de ces quelques lignes, (CLIC ICI La Pétanque en quelques mots «d'Humour»... (8ème partie)) la plupart des joueurs ne gardent en mémoire que leurs carreaux ou leurs bouchons et oublient vite les frappes décisives ou les reprises essentielles qu'ils ont manquées. Ils vont alors chercher toutes sortes de justifications pour expliquer leurs ratés et ne manqueront pas d'égratigner au passage, leurs malheureux partenaires.


Dans une optique de développement de ses performances, il est utile de connaitre au sortir d’une partie, le nombre de boules que l’on a joué. Plus encore, il faut se souvenir des moments ou l'on aurait pu conserver ou donner l'avantage à ses coéquipiers en réussissant une frappe ou une reprise de point. Il peut être difficile de le faire à la fin d'une compétition et ce n'est sans doute pas le meilleur moment. Cependant, après coup, il faudra se remémorer, ces phases de jeu décisives pour l'issue de la partie. Il faudra notamment garder en mémoire ces fins de parties, si riches d’enseignements sur notre capacité à gérer la pression.

Peu de pratiquants sont en mesure d'effectuer ce travail sur eux. Or, ces données sont essentielles pour évaluer ses capacités et assurer une bonne progression. Dans le souci de l'amélioration de ses performances, il peut être utile d'être à l'écoute des autres. Il y a souvent des enseignements à tirer des analyses faites par d'autres compétiteurs. On pourra tenir compte de ces informations sur notre jeu et les utiliser pour travailler nos points faibles. Il faudra néanmoins, laisser de coté toutes ces critiques destructrices, qui ne manqueront pas de se propager tant l'envie et la jalousie sont exacerbées entre joueurs. En effet, ces réflexions peuvent affecter durablement l'image de soi si l’on n’y prend pas garde. On cherchera donc à adopter une attitude positive. Si ces remarques pointent du doigt des insuffisances de notre jeu, on s'en nourrira pour travailler nos points faibles et on s'entrainera dur pour combler nos lacunes.

L’une des difficultés majeures de notre activité est de ne pas avoir de retour sur le niveau de notre prestation en compétition. Seuls, ceux et celles qui ont la chance de pouvoir participer aux épreuves de sélection et autres stages de préparation aux échéances nationales et internationales pourront bénéficier de cette analyse. Je ne connais pas suffisamment le logiciel d'évaluation de la performance créé par la direction technique nationale, mais je reste persuadé, que rien ne pourra remplacer l'observation et l'analyse humaine. Je ferais ici le parallèle entre le robot lanceur de boules utilisé par Robert Bruno et présenté dans son livre: " Les secrets de la Pétanque et du jeu Provençal ", dans lequel il démontre que la coordination oculomotrice de l'être humain est supérieure à celle du robot quand il s'agit de faire une correction de tir en cours de lancer. On ne pourra pas se passer de la finesse d'analyse de personnes bien formées.

La présence d’un tiers avec un regard neutre au bord des terrains pourrait nous apporter beaucoup de renseignements sur la qualité de notre jeu.  A la pétanque, les compliments sont rares. Une critique objective doit en principe décliner les points positifs et les points négatifs de nos savoirs faire, elle doit être constructive. Force est de constater qu’elle est rarement utilisé dans ce double sens. Dans notre univers, les pratiquants sont plutôt enclins à une attitude destructrice.
Comme beaucoup, je n'ai pu échapper à ce travers, au début de ma pratique. Je supportais mal les réflexions désagréables proférées à mon encontre, qui relevaient uniquement mes lacunes et ne soulignaient jamais mes points forts. Les gratifications sont si rares que l’on peut parfois, "avoir la dent dure " avec certains pratiquants. Mais pour avancer et se bonifier, il faut aussi savoir reconnaitre ses propres errements.

Afin de me forger un " mental de gagnant ", j’ai gardé précieusement en mémoire les compliments de certains de mes adversaires et je m'en suis servi pour me renforcer. Je vous engage à vous les remémorer dans ces périodes de moindre forme et de doute que nous traversons tous. C'est l'une des techniques de préparation mentale aux compétions sur laquelle nous reviendrons dans une prochaine publication. Nous évoquerons à un autre moment, les compétitions par équipes. Nul doute que la participation à ces compétitions pourra aider le pétanqueur à prendre un peu plus conscience de la réalité de son jeu.

RETROUVEZ LA PATTE ET LA GOUAILLE DE L’AUTEUR DE CETTE PUBLICATION DANS L'OUVRAGE:
" PÉTANQUE, QUAND TU NOUS TIENS! "

Mes amitiés sportives à tous
Frédéric NACHIN

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article