Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Petites et grandes histoires de la pétanque en Aveyron

201412251122-full.jpgAvant d'élire domicile, en 1986, aux Costes-Rouges, le comité de l'Aveyron est passé par le Rugby Bar à Millau, Le Divan et le café du Stade à Rodez

> Naissance et sièges. C'est le 28 décembre 1954 que quelques assidus se réunirent au Rugby Bar à Millau pour créer le comité de pétanque du Rouergue, présidé par le Millavois Louis Platet. Très vite, son siège fut transféré au café Le Divan, rue Béteille à Rodez. Avant qu'en 1965, il change simultanément de nom (comité départemental de pétanque de l'Aveyron) et d'adresse (café du Stade, avenue Victor-Hugo, toujours à Rodez). En 1986, sous la houlette du président Michel Gantou, il déménagea au 12, rue des Loriots aux Costes-Rouges où ses bureaux se trouvent encore aujourd'hui.

> Exception. En soixante ans, une seule année a été dépourvue de finale départementale seniors, en 1956. Cette saison-là, trois triplettes (une par district) iront au championnat de France à Montpellier.

> Aurillac in Aveyron. à la fin des années 190, l'Aveyron compte cinq districts (Decazeville, Espalion, Millau, Rodez et Saint-Affrique) et bientôt un sixième. Celui... d'Aurillac, rattaché au comité du Rouergue. Une triplette cantalienne composée de Jean Bruel, Paul Caumel et Jean Bénonie représentera même l'Aveyron au championnat de France, en 1958, à Valence... Villefranche-de-Rouergue deviendra le sixième district du département en 1960, peu après qu'Aurillac ait regagné ses pénates cantaliennes.

> Coupe de l'Aveyron seniors. Elle fut créée en 1960. Décernée d'abord par addition de points, elle égaya par la suite le mois de septembre, avant de disparaître au milieu des années 1970. Dommage...

> Effectifs (I). à la création du comité en 1955, on dénombre dans le département 857 licenciés répartis en 17 clubs. Neuf ans plus tard, en 1964, l'Aveyron compte 2 607 licenciés et 41 sociétés.

> Et puis plus rien. En mai 1968, le comité de l'Aveyron fait, lui aussi, sa (petite) révolution en envoyant pour la première fois des triplettes au championnat de ligue Midi-Pyrénées seniors, juniors et cadets. Un coup d'essai qui se transforme en coup de maître avec le succès, à Auch, des Ruthénois Jean et Joseph Palomar et Pierre Daures. Mais un coup de maître toujours sans lendemain en triplettes seniors...

> Championnats de France. On sait que l'Aveyron a organisé à ce jour trois championnats de France : en tête-à-tête seniors en 1968 à Espalion, en triplettes féminines en 2003 à Rodez et en doublettes mixtes en 2012 à Espalion. Ce que l'on sait moins, c'est que Rodez avait postulé au championnat de France juniors 1970 et Millau, à deux reprises dans les années 1990, à un championnat seniors. La candidature ruthénoise a été abandonnée pour des raisons financières, les deux millavoises sont restées lettre morte pour des raisons de conformité de terrain.

> Premiers. En s'imposant les 2 et 3 septembre 1972 à Bordeaux, les Decazevillois Jean-Claude Catusse, René Sénézergues et Christian Lafon furent les premiers Midi-Pyrénéens à se parer du titre suprême de champion de France en triplettes seniors.

> Effectifs (II). En 1974, 7 364 joueurs et 104 clubs de pétanque sont recensés en Aveyron. Soit plus de 4 700 licenciés et plus de 63 sociétés que dix ans auparavant...

> «Concours sauvages». à peine arrivé à la présidence en 1974, le Saint-Affricain Yves Malet envoie à tous les maires du département le calendrier des concours officiels et leur propose de les aider à créer, si elle n'existe pas, une société. Ou, du moins, à ne pas organiser de «concours sauvages» (ou de fêtes) sans l'aide d'un dirigeant d'une société voisine.

> Challenge Brassac. Le 14 septembre 1980, a lieu à Villefranche-de-Rouergue la première édition du challenge Brassac, du nom d'un sculpteur local ayant offert au comité un bronze représentant un pétanqueur. La compétition, qui se dispute en triplettes composées d'un senior, d'une féminine et d'un junior ou un cadet, durera sous cette forme jusqu'en 1982, avant de muer en un authentique championnat départemental en triplettes mixtes.

> 1981, l'année du changement. En 1981, la pétanque aveyronnaise change aussi de tête avec l'arrivée à la présidence de Pierre Plagnard. à 29 ans, l'Espalionnais est le plus jeune président départemental du pays. Cette même année, son prédécesseur, Yves Malet, accède à la présidence de la Ligue Midi-Pyrénées. Le Saint-Affricain y restera quatre ans et demeure, aujourd'hui, le seul Aveyronnais à s'être hissé à ce poste.

> Effectifs (III). De 1974 à 1984, l'Aveyron passe de 7 364 licenciés et 104 clubs à 7 873 adhérents et 112 sociétés.

> Femmes, femmes, femmes. Après avoir été, avec les Millavoises Martine Niel et Martine Nazon et sa partenaire de club de la Boule d'Or de Rodez, Denise Carcenac, les premières Aveyronnaises à participer à un championnat de France féminin, en 1976, à Joué-lès-Tours, Colette Maestre est la première dame à prendre en main la responsabilité d'un district. En l'occurrence celui de Rodez, en 1985. Année de l'arrivée à la tête du comité départemental d'un certain Michel Gantou... 1985-1988 et 1998-2008 : l'Espalionnais compile aujourd'hui encore les «titres» : record de longévité, seul président à avoir «régné» à deux périodes distinctes et durant trois mandats. Et seul président départemental à avoir cumulé la fonction d'arbitre international...

> Sud vs Nord. Dès son élection, Michel Gantou doit, en 1985, affronter des dissensions après la non-élection au comité du délégué de district de Millau et deux autres candidats du district de Saint-Affrique. 45 sociétés des secteurs de Millau, Saint-Affrique et... Villefranche-de-Rouergue adressent une motion de défiance au comité. Il faudra l'intervention des responsables fédéraux, au congrès de... Millau, en 1986, pour que tout rentre dans l'ordre.

> Effectifs (IV). Amorcée en 1987, la chute des effectifs se poursuit. De 7 873 licenciés et 112 sociétés en 1984, l'Aveyron n'en compte plus que 6 123 et 118 sociétés en 1996. Explication officielle : la fin des licences de complaisance. Autre explication mais officieuse : la mauvaise image de marque de la pétanque.

> Longévité. Avec l'arrivée récente à Espalion de Michel Tamisier, l'Aveyron a, à ce jour, compté 67 responsables dans ses six districts. Dont le trio de tête en matière de longévité avec le «meilleur de tous», le Decazevillois Georges Balestié, 31 ans, de 1969 à 2000, et les regrettés le truculent Capdenacois René Bosset, 20 ans, de 1964 à 1984, et le discret Saint-Affricain Edmond Rabayrol, 19 ans, de 1981 à 2000. Avec 14 ans de présence à la tête de ce même district de Saint-Affrique (série en cours), le dynamique Belmontais Bernard Amalric est aujourd'hui le plus proche.

> 197 jours et puis s'en va. Si Michel Gantou a la plus grande longévité à la présidence du comité départemental, le regretté Ruthénois Michel Amans a la plus courte. 197 jours exactement, entre 19 janvier et le 4 août 2007. Cela à cause d'une situation conflictuelle avec des dirigeants millavois mécontents de l'abrogation de la qualification automatique du champion de l'Aveyron en triplettes pour le championnat de Ligue Midi-Pyrénées de l'année suivante.

> Internationaux. Non contente d'être la société la plus titrée, la Pétanque creisseloise est aussi la seule (avec celle de Trépalou à Decazeville et ses «locaux» de Catusse, Sénézergues et Lafon) à avoir abrité dans ses rangs des internationaux. Trois, avec le phénomène algérien Yazid Triaki au milieu des années 1990, Laurent Morillon depuis une quinzaine d'années et, depuis cette année, la jeune Millavoise pur jus Aurélie Bories.

> Effectifs (V). De 6 123 licences et 118 sociétés en 1996, l'Aveyron passe, en 2004, à 5 193 licences et 114 clubs. Il faudra attendre... 2014 pour enregistrer une légère reprise avec 4 117 licences (+ 115 par rapport à 2013) et 115 clubs.

La Dépêche du Midi

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article