Toute la France, ainsi que nos Îles étaient au Congrès National électif de la F.F.P.J.P.

P1260102 P1260124

L'Essonne                                       Le Calvados

 

P1250064 IMGP0264

L'Aveyron                                       La Normandie

 

P1250061 P1260104

Les Côtes d'Armor                                 Ligue Rhône Alpes

P1260115 P1250063

L'Hérault                                     Le Gers, le Tarn etc...

 

Pendant la semaine Educ.Naute.Infos,

vous fera une synthèse sur les différents sujets de ce

68ème Congrés National.

 

LES ALBUMS PHOTOS

 

 

  CLIC ICI pour l'Album Photos du CONGRES-NATIONAL-journee-de-SAMEDI après-midi et soirée

 

  CLIC ICI CONGRES-SAMEDI-MATIN

 

 CLIC ICI CONGRES-NATIONAL-journée-de-VENDREDI

 

 CLIC ICI CONGRES-NATIONAL-journée-de-JEUDI

 

IMGP0514r

Les 21 élus formant le nouveau Bureau Directeur de la F.F.P.J.P.

 

Photos de Philippe DELRIEU, et Alain JUILLA

pour Educ.Naute.Infos

 

LES REVUES DE PRESSE

«C'est toute la France qui débarque à Eurythmie»

Pétanque et Jeu Provençal.

Ouverture hier après-midi à Montauban Salle Eurythmie

du 68e Congrès national de la Fédération

Beaucoup de monde hier salle Eurythmie; le livre du bicentenaire de la création du Tarn-et-Garonne a été remis des mains de José Gonzalez au président de la Fédération française Alain Cantarutti. /Photos DDM, Chantal Longo. - Tous droits réservés. Copie interdite.
Beaucoup de monde hier salle Eurythmie; le livre du bicentenaire de la création du Tarn-et-Garonne a été remis des mains de José Gonzalez au président de la Fédération française Alain Cantarutti. /Photos DDM, Chantal Longo. ()

Beaucoup de monde hier salle Eurythmie; le livre du bicentenaire de la création du Tarn-et-Garonne a été remis des mains de José Gonzalez au président de la Fédération française Alain Cantarutti. /Photos DDM, Chantal Longo.

La salle Eurythmie est pleine. Les Comités départementaux sont tous là. Ce Congrès électif de la FFPJP désignera ce matin son nouveau président... ou pas.

La salle Eurythmie avait un peu changé de configuration hier. Celle qui sied aux assemblées générales, aux Congrès. Hier, c'était la foule des grands jours pour ce 68e Congrès national de la Fédération française. Comme toujours en matière d'organisation le Comité départemental avait mis les petits plats dans les grands pour accueillir les délégations de la meilleure des façons : dès le hall d'Eurythmie elles pouvaient notamment déguster quelques produits régionaux bien à-propos. Car c'est bien toute la France qui est à Montauban jusqu'à ce samedi soir et même dimanche matin pour beaucoup de délégations. Hier, toute la Métropole était représentée, de tout l'hexagone on a fait le déplacement de la cité d'Ingres pour ce Congrès important qui désignera ce matin le président national (à choisir entre le sortant Alain Cantarutti et son adversaire Michel Le Bot). Hier, pour l'ouverture officielle du Congrès, on en a donc profité pour faire l'éloge du bon vivre dans le Sud-ouest. Président de la Ligue Midi-Pyrénées (2e ligue en France avec 36.031 licenciés) Alain Garcès ne s'est pas privé de vanter les richesses midi-pyrénéennes… et elles sont nombreuses. Juste avant lui le président du Comité départemental de Tarn-et-Garonne Laurent Rougier se réjouissait d'accueillir «la France de la pétanque et du jeu provençal tout en étant conscient de la responsabilité qui pesait sur ses épaules». Mais qu'il se rassure, on sait faire au Comité.

La moitié des présidents départementaux nouveaux

Cette excellence en matière d'organisation c'est le président Cantarutti lui-même qui l'a rappelée : «Montauban a démontré ses qualités ces dernières années autour de Laurent Rougier en merveilleux chef de bande et sa belle escouade». Représentant Jean-Michel Baylet, président du Conseil général, José Gonzalez pouvait lui aussi se féliciter de «voir les instances nationales aller au contact des bénévoles et des licenciés. Votre discipline est très importante et le Conseil général contribue à son développement avec déjà 83 structures subventionnées (9 couvertes et 74 en extérieurs)». Il était alors temps de passer aux choses sérieuses et de lancer officiellement ce 68e Congrès. Un Congrés largement renouvelé puisque un peu moins de la moitié des présidents des Comités départementaux viennent d'être réélus ; un Congrès qui voit aussi le nombre des effectifs totaux chuter de 1,7 % et l'arrêt de 90 clubs, sans oublier la baisse de fréquentation des concours, surtout départementaux. Mais dans sa globalité, le sport bouliste se porte bien (licence la moins chère de toutes les activités sportives). Depuis hier et jusqu'à ce soir, les débats seront riches, vifs, comme d'habitude. Mais une chose est certaine, la pétanque continuera à exister, avec le même président ou un nouveau.


Valérie Rabault privée de parole

Un odieux chantage… Alors que son intervention à la tribune était prévue hier, la députée Valérie Rabault a été privée de parole, interdite de s'exprimer à la demande du maire de Montauban Brigitte Barèges, menaçant les organisateurs de les priver de subvention. Ces derniers, refusant de mêler la politique au sport, ont pris acte que Valérie Rabault était quand même à Eurythmie hier après-midi pour accueillir les délégations.

Si vous lisez cet article sur l'e-journal Premium (web ou tablette), cliquez sur l'image pour voir le diaporama.

 

 

 Alain Cantarutti réelu!

Les vingt-et-un membres du nouveau Comité directeur au grand complet. /Photo DDM. - Tous droits réservés. Copie interdite.
Les vingt-et-un membres du nouveau Comité directeur au grand complet. /Photo DDM. ()

Les vingt-et-un membres du nouveau Comité directeur au grand complet. /Photo DDM.  

Une salle debout accueille Alain Cantarutti. Il est peu avant midi hier et le président sortant de la Fédération française en reprend pour quatre années supplémentaires. Et c'est particulièrement ému qu'il s'avance vers le micro pour son premier discours de président réélu : «Je vous remercie chaleureusement pour ce résultat. Je tiens également à adresser un salut particulier à toutes celles et ceux qui se sont présentés aujourd'hui (ndlr : au comité directeur) et les trois nouveaux qui ont été élus et qui nous rejoignent donc. Il faut un certain courage pour se présenter à une élection et vous l'avez eu. Je suis extrêmement ému de la confiance que vous m'accordez de nouveau et je vous assure qu'on va faire le boulot. Après avoir ramené le calme et la sérénité nous allons continuer à travailler pour que ces sports avancent et que l'on soit encore plus reconnu». Cette fois-ci pas de souci de vote et pas question de prendre la direction de l'Assemblée nationale pour être élu (après deux jours de débats houleux, le Congrès national d'il y a quatre ans n'avait pas permis d'élire un président, ce qui avait entraîné un second vote). C'est donc devant tous les Comités nationaux qu'Alain Cantarutti pouvait savourer pleinement son triomphe.

La déception de Michel Le Bot

Conclusion logique d'une élection qui n'aura finalement souffert d'aucun suspense. En concurrence avec Alain Cantarutti le président du Comité de Haute-Garonne Michel Le Bot ne se faisait sans doute plus guère d'illusions après son large échec dans sa tentative d'intégrer le Comité directeur. «Je suis déçu de ne pas intégrer le Comité directeur. C'est un résultat logique auquel nous avons assisté aujourd'hui. Quand on se présente c'est pour gagner mais on ne peut jamais préjuger d'un résultat. Je remercie tous ceux qui ont porté leur suffrage sur mon nom et je vais poursuivre mon travail de développement de notre discipline. J'ai défendu mes idées, elles n'ont pas été suivies, tant pis. Cela ne m'empêchera pas de regarder attentivement et de participer activement au travail de la Fédération. La Fédération française doit faire un effort sir le renouvellement de ses cadres ; il est aussi important d'instituer un scrutin de liste» explique Michel Le Bot. Quant à savoir s'il se représentera dans une olympiade, le sourire ne laisse aucun doute sur la réponse : ce sera non.

Hier après-midi on pouvait alors passer aux questions-réponses des Comités. Désormais la Fédération française de pétanque et de jeu provençal peut poursuivre son action dans la plus totale sérénité.


Une grande première pour Laurent Rougier

Le président du Comité départemental de Tarn-et-Garonne était impatient. Mais c'est finalement assez facilement qu'il a été élu pour la première fois de sa vie au Comité directeur de la Fédération française, chez lui, à Montauban : «C'est une bonne nouvelle (sourires). Rien n'est jamais joué d'avance. Je suis vraiment très heureux d'être élu. Cela fait toujours plaisir de voir que le travail que vous faites est reconnu par les autres Comités. Mais être élu n'est pas une fin en soi bien évidemment et cela implique des obligations. J'ai des idées et des projets. Mettons-nous maintenant au travail» expliquait Laurent Rougier, aux côtés d'Alain Cantarutti. Un Laurent Rougier qui rajoute : «Écrivez bien que je ne laisse pas tomber le CD82. J'estime que je peux apporter à la FFPJP mais nous avons encore beaucoup à faire au CD82 et je continuerai à m'impliquer». Et comme il y a toujours à faire Laurent Rougier peut désormais s'impliquer à fond dans l'organisation du championnat du monde jeune prévu fin août au cours Foucault.

 

 LA DEPÊCHE    Laurent lasserre.

Retour à l'accueil