Yann Ollivier, « la pétanque est le baromètre de la vie sociale » - Moëlan-sur-Mer


Les femmes représentent 10 % des licenciés du club.

 

Témoignage

Le président est passionné, depuis l'adolescence, par le sport et la pétanque. Il a intégré le club La Pétanque Moëlanaise en 1999. Il a pris la présidence en 2003, suite au retrait de Claude Le Corre. Il parle de son club, de la pétanque, de sa fonction.

 

Un sport qui change

Depuis quelques années la pétanque évolue. La fédération veut en faire un sport olympique. Nous avons dû acheter une tenue officielle pour les joueurs du club. La pétanque se veut plus professionnelle. La pétanque, c'est le baromètre de la vie sociale. Les jeunes sont moins nombreux parce qu'ils vont vers de nouvelles activités. Et puis la situation économique est telle que les gens ne font plus de sorties sportives le samedi et le dimanche, comme avant, mais limitent les frais sur un jour. Les femmes ? Elles représentent 10 % de nos effectifs, et ça, c'est encourageant.

 

Le club aujourd'hui

Notre site, le boulodrome couvert de Pont ar Laër, est un des plus beaux de Bretagne. Nous sommes ici depuis 2006. On a travaillé longtemps ce projet avec Alain Joliff, l'adjoint aux sports de l'époque. Les élèves (de l'école de pétanque, ouverte depuis 2009, NDLR) viennent tous les vendredis de 17 h 30 à 18 h 30, d'octobre à juin. Concernant les résultats, notre division est très élevée, et, en compétition, il faut avouer qu'on a quelques difficultés.

 

La fonction de président

On m'a proposé de devenir président. Cette prise de responsabilité m'a aidé à mûrir, à être moins timide.

Je dois trancher, bien sûr, c'est ma fonction, mais les membres du bureau sont la force de proposition.

 


Ouest-France, toute l’actualité locale et internationale

Retour à l'accueil