Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La parole à Claude AZEMA Président de la F.I.P.J.P., et Président de la C.M.S.B.

CAZEMA

Claude Azèma, ancien Président de la F.F.P.J.P. et actuel Président de la Fédération Internationale de Pétanque et Jeu Provençal vient également d’être élu Président de la Confédération Mondiale des Sports Boules. Désormais sa feuille de route est claire et les objectifs sont fixés, il nous les livre.
 
Quelles sont les attributions exactes de la C.M.S.B ?
 
Le plus important à retenir, c’est qu’elle est le seul organisme reconnu par le Comité International Olympique. C’est par exemple à ce titre que les boules – la Pétanque d’abord les autres ensuite – ont été incluses dans les Jeux Méditerranéens. La C.M.S.B regroupe la Pétanque, la Boule Lyonnaise et la Raffa Volo italienne. J’espère que très rapidement nous pourrons faire revenir le « Lawn Bowl » dans notre giron également.

Quelle est l’équipe que vous avez mise en place autour de vous ?

Je vous précise tout d’abord que je vais engager avec mon équipe une réforme des statuts de la C.M.S.B. Le Secrétaire Général sera M. Kafi Yacine, le Trésorier sera M. Signaire Michel, le responsable de la Commission Sponsoring et Développement sera M. Pintus Stéphane et le responsable de la Commission Technique et Formation sera M. Nataf Victor.

Vous venez d’être élu à la présidence de la C.M.S.B, quel était votre programme et quelles seront vos priorités ?

Jusqu’à maintenant, nous pouvions déplorer la place trop réduite que nous avions dans « Sport Accord », une organisation elle aussi reconnue par la C.I.O qui rassemble des associations sportives internationales pour défendre leurs intérêts, coordonner leurs activités et défendre le sport dans le monde. Nous devons désormais être plus présents. Je dirais qu’il faut impérativement se faire connaître et reconnaître de ces organisations incontournables,  comme l’est aussi l’A.R.I.S.F (Association of IOC Recognised International Sports Federations) dont la C.M.S.B. est l’un des membres.
Sans ces organismes, il sera impossible d’atteindre une des priorités que je me suis fixé : tenter de faire changer les règles d’admission aux Jeux Olympiques.
Mais avant de parler des J.O, il faut procéder par étapes et parvenir à intégrer des compétitions intermédiaires, je pense par exemple aux J.O de la Jeunesse dont la prochaine édition se déroulera en 2018 à Buenos Aires en Argentine serait une façon de mettre un pied dans l’Olympisme. Etre présent de même aux Jeux d’Asie me paraît primordial. Pour résumer, nous devons faire plus de développement du relationnel.

Vous abordez les J.O, pouvez-vous nous rappeler les critères pour pouvoir les intégrer ?

Le sport qui est candidat à entrer dans les J.O doit être pratiqué dans 75 pays et sur au moins 4 continents, à la fois par les hommes et par les femmes. Les installations nécessaires à la pratique de ce sport ne doivent pas être trop coûteuses. Le sport doit bien évidemment être un sport dit « propre ». Il doit avoir un bon impact médiatique et une bonne popularité. Et enfin il ne doit pas participer au gigantisme des J.O, par un trop grand nombre de participants par exemple ou encore un trop grand nombre d’épreuves.
Dans le cas de la Pétanque, nous mettrions donc la doublette en valeur.
 
Actuellement, y-a-t-il des mesures concrètes en cours pour intégrer les J.O ?

Non, pour la simple et bonne raison que dans l’état actuel des choses, il est impossible qu’une discipline supplémentaire entre aux J.O. Il faudrait soit que le nombre de médailles diminue soit que le nombre de participants dans les disciplines olympiques diminue.
Une bonne chose à mes yeux serait que les candidatures soient étudiées par l’A.R.I.S.F.
Il est quoi qu’il en soit urgent de rédiger un dossier solide, nous présentant avec nos forces, nos atouts, et qui devra être donné à autant d’interlocuteurs du monde du sport que possible. Pour donner une image, nous devrons être dans chaque couloir où des décisionnaires discutent, et sur chaque stand tenu par des acteurs du sport.
Les mesures concrètes à envisager finalement sont de faire savoir que dans certains pays, la médiatisation de la Pétanque est bonne et pas seulement en France. Il est indispensable que les Fédérations nationales de Pétanque ou de Boules se fassent reconnaître par les instances sportives de leurs pays respectifs et agissent auprès de toute personne de leur pays ayant une place dans le mouvement olympique.
Nous bénéficions aujourd’hui d’une forte présence en Asie au niveau des Comités Nationaux Olympiques, mais il faut que cette présence se renforce en Afrique, se développe en Amérique et s’améliore en Europe.

En tant que Président de la C.M.S.B, quels seront vos prochains rendez-vous officiels ?

Je vais me rendre à Budapest rencontrer Marius Vizer, Président de Sport Accord pour étudier avec lui la possibilité d’y avoir une plus grande place comme je l’ai dit. J’ai également à programmer plusieurs rendez-vous à Lausanne, où se trouve le siège du C.I.O et de l’A.R.I.S.F. Et enfin je rencontrerai prochainement M. Addadi Amar, Président du Comité International des Jeux Méditerranéens. La prise de contact pour se faire connaître comme je le disais plus haut est donc rapide puisqu’indispensable à nos objectifs.
INFOS F.F.P.J.P.

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jean-Yves BOULAY 07/05/2014 21:40

La future Fédération Internationale de Nouvelle Pétanque pourrait rejoindre la C.M.S.B. à moins que la aussi (!) on ne lui mette des battons dans les roues ! Vous êtes tous conviés à participer à
la naissance de cette nouvelle fédération sportive.